Archives pour la catégorie Concert

VISA FOR MUSIC 2017 : COUPS DE CŒUR

La quatrième édition de « Visa For Music » ne nous a pas uniquement donné accès à des shows inédits, mais nous a préparé également des surprises.

On fait un retour sur certains moments qui ont marqué particulièrement nos esprits. 

THE WANTON BISHOPS

La prestation du groupe libanais ‘The Wanton Bishops’ était l’une des meilleures ; en parler nous semble être inévitable.

ZOOM sur le band

Eddy et Nader, un duo explosif !

Nader Mansour et Eddy Ghossein, deux jeunes passionnés de Blues-Rock, ont décidé en 2011 d’extérioriser leur idolâtrie pour le genre musical qu’ils admirent, en créant leur propre environnement musical, tout en espérant conquérir le cœur des mélomanes du vignoble libanais. Ils ne savaient pas que leur groupe connaîtra un énorme succès, et leurs gracieuses mélodies auront un éclat partout dans le monde, jusqu’à ce qu’ils atterrissent au Maroc, et cette fois-ci à Visa For Music.

Sur la scène du Théâtre National Mohammed V-Rabat

Des riffs sauvages, une voix rauque, des solos d’harmonicas endiablés…

Charisme, prestance, énergie et talent, le tout réuni pour soulever la foule et créer une ambiance incomparable. En plus, avec un répertoire musical très riche, le groupe a joué des morceaux en langues différentes pour toucher le public en entier ;

« Sleep With The Lights On » 

« Shake »   eh oui, vous nous avez tous secoué !

« هيت مان »

 « I Don’t Dance »

« Waslah »

Eddy a joué de la batterie, deux guitaristes ont accompagné la voix de Nader qui, à part le chant, la guitare et le clavier, a opté pour un instrument très Blues : l’Harmonica.

Mashrou' Leila, le court métrage.

L’élément surprise de l’Edition.

Le Liban est toujours au RDV pour assurer un rayonnement artistique indéniable ; le fameux ‘Mashrou leila’ semble en être la deuxième preuve.

Bien qu’ils ne soient pas présents sur scène VFM cette année, ils trouveront toujours un moyen pour nous fasciner… Cette fois-ci avec un court métrage qui relate l’histoire de sept étudiants en architecture et design, ayant l’habitude de rester éveillés la nuit pour préparer leurs projets, d’où vient leur inspiration pour nommer le groupe ‘projet d’une nuit- مشروع ليلى’ , et c’est ainsi que ça commence leur histoire dans un atelier de musique à l’Université américaine de Beyrouth.

El Morabba3 - المربّع

Un groupe tombé dans la marmite psychédélique du rock ambient et ne peut plus s’en sortir.

On a l’impression que le groupe respire sa musique et vit sa prestation à fond, le band jordanien nous a transmis le même sentiment aussi bien avec ‘taraf el khait-  طرف الخيط’ , qu’avec ‘100000 malion meel’, ‘Al Ra3i- ‘الراعي ’, ‘El mokhtalifeen’ ou encore ‘biddeesh aaraf ana min wein- بديش اعرف انا من وين’ qui a été spécialement dédié à tous les artistes arabes qui partagent le même souci ; leur déplacement et leur mobilité internationale souvent marginalisée, faute de moyens financiers mis à leur disposition.

Humanity Starz

Mamadou Saa est à la batterie, Moudou Diouf et Memba Saxo manipulent deux claviers, la basse est jouée par Amadou Kante , le tama et le sabar (instruments traditionnels de percussion, populaires en Gambie) sont joués par Habib et Abdoulaye Diamé. Il s’agit du talentueux groupe gambien ‘Humanity Starz’, des musiciens plein d’énergie qui ont assuré un spectacle ultra-dynamique au café la Renaissance Rabat.

VISA FOR MUSIC 2017 : Récap de l’ouverture!

L’évènement artistique tant attendu à Rabat « Visa For Music » a commencé, ce mercredi soir 22 novembre, au grand théâtre national Mohammed V.

La première soirée a accueilli de nombreux festivaliers, ainsi que des artistes représentant diverses cultures et styles musicaux. Ils se sont tous réunis dans une rencontre où l’art ne connait pas de frontière, où tout le monde a le même visage : le visage de la culture et la musicalité.

L’ouverture a été particulièrement marquée par la prestation de :

Marema Fall, 28 ans, Sénégal, lauréate du prix RFI 2014.

Un timbre de voix aigre et doux à la fois…

Une ampleur, une élégance, et une variété de rythmes, à vous éblouir !

La talentueuse Marema a porté les couleurs de la musique africaine avec noblesse, en produisant sur scène un spectacle triomphant, qui incarne un subtil mélange de sonorités africaines, de blues, de pop et Rock, on peut même y déceler une trace du Gnaoua marocain.

Par ailleurs, Marema et son groupe multiculturel ont choisi de combiner le traditionnel et le contemporain en utilisant comme instruments : le Xalam, instrument à cordes populaire de l’Afrique de l’ouest, et la guitare rock.

L’artiste sénégalaise ne s’est pas contentée de son chant mélodieux, son passage sur scène a été marqué également, par une chorégraphie spéciale ; une danse impressionnante concordant avec la musique, une symétrie et un rythme parfait qui a enflammé la scène.

Chorégraphie de Marema et son percussionniste Saraba.

Pour finir son show, elle a opté encore une fois pour le délire, l’ambiance, et l’amusement dans toute sa démesure, en proposant au public de la rejoindre sur scène.

 E3UK (Inde – UK)

On nous emmène en Inde…

On nous insuffle la Culture Dance : Bhangra et Bollywood.

Des prestations inédites, qui ont fait danser tout le public.

Présenté comme un avant-goût du véritable spectacle, une performance du Djembé avec des baguettes à l’indienne , a redonné de l’énergie au public.

Vient après, une brève présentation du band, par un des musiciens, suivie d’une spéciale intervention d’un artiste Punjabi, qui a donné une saveur particulière au spectacle avec ses mouvements folkloriques et sa tenue indienne jaune parée de bijoux traditionnels.

crédit photo: lesechos.ma
crédit photo: lesechos.ma

La suite du Show s’est consacré au chant indien, qui a fait bouger entièrement le public.

 Queen Koumb

 La perle musicale gabonaise,

 dont la voix nous apaise l’âme.

Sa musique puise du traditionnel, du jazz, latino, reggae avec une pointe de funk.

Faycal Azizi

Une compilation de plusieurs styles musicaux, en partant du traditionnel, allant jusqu’au jazz, électro-pop.

L’artiste tétouanais Fayçal Azizi a choisi de nous présenter, d’emblée, ses titres les plus connus (Ouerda ela Ouerda, Meftah el qouloub…) avant de répondre à la volonté du public qui a insisté pour qu’il chante ‘Hak a Mama’.

 

La soirée a connu également la prestation du groupe 3MA composé de trois musiciens venus du (Maroc – Mali – Madagascar) d’où vient l’appellation du groupe.

Outre les spectacles, des prix hommages ont été également décerné à quelques artistes notamment la Diva par excellence de la Aita Merssaouia, Khadija El Bidaouia, et l’artiste-chanteur Vincent Ahehehinnou qui a dédié son prix à tous les amoureux de la musique.

Image à la une : Le public lors d’un showcase de l’édition 2016.©VFM

Nik West ou le souvenir de Prince pour la première fois au Maroc !

Hier au Studio des Arts Vivants de Casablanca, aujourd’hui c’est le tour de La Renaissance de Rabat de remémorer la légende de Prince ou l’artiste scénique par excellence, par le biais de sa bassiste Nik West, une jeune artiste arizonienne de 24 ans. Nik West se produira pour la premiere fois au Maroc !

Ayant grandi dans une famille où trônent musique et créativité, son premier groupe musical incluait ses frères et soeurs. Elle a appris à jouer la guitare grâce à son père, et a toujours eu ce penchant vers la basse. Nik à pu collaborer avec de grands artistes comme Dave Stewarts, John Mayer et le prodigieux Prince. Elle à sorti son premier album « Just in the Nik of time » en 2011, qui combinait entre old school, neo soul et progressive punk. Son second album « Say Something » est inédit et vient tout juste d’être produit cet été. Fanatiques de Lenny Kravitz et de Prince, vous allez être comblés !

La purple jeune bassiste groovy est une véritable bête de scène qui ne vous laissera pas indifférents lors de sa prestation. Les Rbatis, rendez-vous ce soir à 20h30 à la Renaissance pour ressasser les passages virtuoses du défunt Prince.  Pour ceux qui ne connaissent pas Nik West, c’est le moment de partir à sa découverte ! Voici l’extrait d’une de ses performances époustouflantes :

N3rdistan In Meknes: A Concert To Be Remembered

It all started when a friend of mine sent me a picture of the concert’s poster. I was already bummed for not being able to go to L’Boulevard, specially that I really wanted to see the likes of JadaL and Betweenatna. As soon as I saw who’s coming to play, I had a rush of excitement just like a kid in a candy store. Not surprisingly, people came from all over Meknes to be there. The French Institution’s Theater barely held the number of fans who came to see the band. And let me tell you, they had a reason for flooding it. The concert was pure awesome. Even people who didn’t know who they were listening to  finished the concert screaming: N3RDISTAN, N3RDISTAN, N3RDISTAN…

The band started with a Nizar Qabbani inspired track, it was almost like Walead was reciting poetry in the most artistic manner you could possibly imagine, when everyone thought that was it, the beat started and the crowd went wild when a more rap-y version of the poem  emerged from the band’s amplifiers.
The next two tracks were also from what I’d call ‘The Gods of Arabic Poetry’, Ahmed Matar and Gibran Khalil Gibran. When I asked the band about the reason why they chose to take their lyrics from such great poets, they responded by: These poets are the same ones who gave our forefathers the strength to  change their communities. These pieces of poetry are still relevant today, for example, Irhalo by Ahmed Matar or  Hawaamish ‘Ala Daftar An-Naksa by Nizar Qabbani are basically the unofficial anthems of the Arab Spring. It really comes natural to us to take inspiration from them.

Taken by: Mohammed Mehyaoui

Next thing on their playlist for us was The Whistling Voice of A Nightingale by Al-Asma’i. The witty lyrics and the combination of Walead and Houda, AKA T Queen, rapping their way through one of the most twisted pieces of Arabic poetry ever written, accompanied by a sick drummer is way beyond anything I’ve seen in awhile. It kinda reminded me of their weird name, N3rdistan.  When I asked Walead where did the name really come from, he took it very humorously and stated: Well, i was walking one day, at about 6:45 (Sebâa L’lareb was his actual description) and I saw an N and an S, somehow along the way, that turned into N3rdistan, and here we are today, playing in Meknes.

After a couple more tracks, the band hit us with what Walead calls ‘Eletro 9bi7‘.  It was an over-compressed mixture of Drum&Bass and Rock, plus some sampled voice covers called Occupy. When questioned about how they categorize themselves in terms of genre, the band haven’t really much to say: We call it N3edistan Haha. We don’t really follow certain parameters or a certain genre. If we liked a beat or a combination of strings, we’ll go along with it. I, myself, had some past experience with Rap, Metal and Electro, other members like African Music, Reggae, Drum&Bass and so on. We really just try to merge everything together and come up with something that we like.

Taken by: Mohammed Mehyaoui

After that ‘Eletro L9bi7‘, things settled down a bit with a clearly political track that was, and I quote: A message to every political institution out there. The track Mirage Policy (Siyassat Sarab) is a full-on rage attack on every political figure I could think of. Talking to the band, they said jokingly : Well, the only place that isn’t really concerned about this track is N3rdistan itself Hahah. but seriously, it’s a message to every political institution out there, in and outside of Morocco. We do not support any political figure or entity, as by definition, they stand by everything we fight against.

Taken by: Mohammed Mehyaoui

At The end of the concert, the crowd went all crazy and begged for a another track. ‘Encore, encore, encore…’ everyone screamed. the band complied and they sang The Whistling Voice of A Nightingale again. The track didn’t loose its charm one bit.
When Walead was introducing the band members, the multi instrumentalist  took the mic and told us that it’s Walead’s birthday. To his surprise, no one got out of the theater till they sang happy birthday, his reaction was PRICELESS to say the least.

I did catch up with the band after the show, like I’ve mentioned before, and they happily answered everything I had to ask. Besides from the answers above, we had this mini conversation.

OM: How was the concert? did you like the crowd?
N3rdistan: It was one of the most energetic gigs we had in awhile, the crowd was insane and responsive and that’s the way we like it.

OM: Are you planning on coming back anytime soon?
N3rdistan: We hope so, we liked the crowd and the whole thing was just a bless.

OM: let’s talk about you guys for a bit, when did the band, in it’s current form, start?
N3rdistan: In 2014, we just got together and started making music. (Houda’s speaking now) I just saw a lighted room with good music coming out of it and came in Haha.  I got in after the idea was already formed by Walead and here we are.

OM: Speaking of making music, what’s the typical studio day for N3rdistan?
N3rdistan: We just hang out there, brainstorming till something comes up.

OM: Do you guys have any albums or tracks coming out soon?
N3rdistan: Yeah, We have a 4 tracks  EP coming out in October, and an album coming out in 2016.

Taken by: Mohammed Mehyaoui

Undoubtedly, The concert was one of the best I’ve been to and the band is just amazing and down to earth. Hopefully we’ll see them soon at Visa For Music.