Les tribulations d’une externe en voyage

Je ne comprendrai, décidément, pas cette passion envers la musique « chaabi » qu’on passe en lecture en boucle durant les voyages, spécialement ceux organisés où le chauffeur est le DJ inévitable. HA, Il n’y a qu’avec ces chansons qu’on arrive à communiquer avec lui!

J’étais en plein voyage organisé, question de se détendre avant la rentrée en enfer (enfer veut dire stage d’externe misérablement misérable au CHU).  Bon, l’idée de ce voyage était de faire un petit tour au Sud, et par petit je veux dire GRAND, sérieux on est arrivé jusqu’aux limites avec une moyenne 300 Km par jour, en roulant sur les pures musiques marocaines, chaabi et autres.

Tandis que le chauffeur reste concentré sur la route mais aussi sur chaque chanson, en tapant sur son volant, tout en suivant la cadence des rythmes, tout le monde se prêtait au jeu.  J’étais surprise par son répertoire -avouons le- riche en goût et en musique. Le gars passait de Lassri jusqu’à Michael Jackson pendant toute la route !
Minuit passé, un silence s’installe, et sans attendre, je bouge de mon siège, je me dirige vers lui en essayant d’engager une conversation pour savoir un peu plus sur ses goûts (comme je suis curieuse, je n’ai pas pu m’en empêcher) et c’est en ce moment que tout ce que je n’arrivais pas à comprendre, se voyait, tout simplement, logique à déduire.

 » -Vous voulez que je prenne la relève, je lui dis en rigolant
-« Makrehtch », ça fait 12 heures que je suis au volant, et j’ai besoin d’une tasse de café, me répondit-il en riant.
-« Ton voeu sera exaucé » , je cours lui chercher mon petit thermos de café qui ne me quitte jamais. VOILÀ
– Merci beaucoup
Après des heures de discussion vague: Politiques, célébrités, la route, les hôtels où on est censé se reposer pendant tout le voyage je lui dis:
– Tu t’y connais en musique ,tout un répertoire de Lassri, Chab Khaled, Chaabi, Malhoun, et du français et anglais, dis donc tu en connais des tracks aussi anciens que ces routes; d’où vous tirez vos chansons ?
– Hahahahaha, c’est un secret de métier mais si vous voulez savoir vous avez qu’à me ramener plus de café
-« hahahahaha,d’accord » et je lui file comme même mon thermos. « Je ne suis pas convaincue par ce secret de métier, et je veux toute l’histoire »
– T’es une petite têtue, tu ne me lâcheras pas tant que je ne te raconte l’histoire
– OUI !
– eh bein ya lala, quand j’avais 20 ans, je suis parti en France avec mes copains qui avaient de la famille là-bas. Ils travaillaient dans le transport, c’étaient des chauffeurs de cars, des habitués de la route et des kilomètres.
-Je ne savais rien de la France, ni des cars et ils m’ont tout appris, après 5 années, j’ai fait la connaissance d’une française qui s’appelait Charlotte, c’était une jeune musicienne, et c’est elle qui m’a introduit au monde de la musique française; grâce à elle, j’ai pu découvrir Edith Piaf, Jacques Brel, Johnny Hallyday, Jean Jacques GoldmanCharles AznavourJoe Dassin et bien d’autres…
5 ans plus tard, on s’est mariés et c’étaient les plus belles années de ma vie, Sofia est née, Charlotte s’est bien lancée dans son parcours, et j’avais un très bon métier.
Un an après, j’ai commis l’erreur de ma vie, quand j’ai décidé de rentrer au Maroc avec ma femme et ma fille, là les problèmes ont éclaté entre elle et ma mère spécialement, qui ne supporte toujours pas l’idée d’une « nssraynia » sous son toit. Elle a fait, vraiment, de son mieux et son impossible pour que ma femme ne reste plus au Maroc et c’est ce qui est arrivé; un matin je n’ai trouvé ni ma femme ni ma fille.  J’ignorais où elles sont allées, jusqu’au lendemain où je reçois un appel de ma femme, m’informant de son retour en France, réclamant  un divorce !
Je savais que ç’allait finir ainsi certes, mais j’étais, quand même, profondément triste car c’est moi qui l’aie amenée au Maroc…

En me racontant, un air de tristesse envahit son visage, je ne savais quoi dire de mon côté et j’étais désolée d’avoir cherché à connaitre son histoire…Il y avait cet « awkward moment » de silence entre nous… J’avais envie qu’il me dise qu’ils se sont réconciliés, et qu’il était retourné en France à sa vie mais Hélas!
Me regardant, avec la tête que je faisais, il reprit en souriant; Les fins heureuses n’existent que dans les livres et les films ! Tout d’un coup, il passe sa main vers un CD, tout près, il n’y avait rien de marqué sauf une initiale « B », un B tout grand en bleu… Play… la voix, ah!! Cette voix, je la connais, c’est bien lui, mon belge adoré Brel, Jacques Brel « quand on a que l’amour « . Je commence à fredonner les paroles et le chauffeur m’accompagnait aux refrains, sa voix était merveilleuse, un mélange de Frank Sinatra et du Bruce Springsteen.

Jacques Brel

-« Tu chantes merveilleusement bien »
-« Je fredonne des notes et des chansons mais je me contente de mon métier, l’avenir musical au Maroc me laisse désespéré »
Sur ce, notre discussion fut clôturée, nous continuâmes notre route sur le rythme de l’intégrale discographie de Jacques Brel

Il était 4h du matin, je fus émue et, à la fois, surprise de changer, drastiquement, mon idée sur les chauffeurs et spécialement leurs tendances musicales. J’étais, également, triste de savoir que la belle fin heureuse n’est pas donnée à tout le monde, bien que la vie continue; dans la vie, ne nous adaptons …

Ces quelques chansons vous insuffleraient, peut-être, une pincée d’amour et la teinte de nostalgie du chauffeur, et bien évidemment la fascination qu’éprouve la petite externe pour ce grand belge que tout le monde adore …

Jacques Brel playlist by oumaima idrissi on Grooveshark

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *