VISA FOR MUSIC 2017 : Récap de l’ouverture!

L’évènement artistique tant attendu à Rabat « Visa For Music » a commencé, ce mercredi soir 22 novembre, au grand théâtre national Mohammed V.

La première soirée a accueilli de nombreux festivaliers, ainsi que des artistes représentant diverses cultures et styles musicaux. Ils se sont tous réunis dans une rencontre où l’art ne connait pas de frontière, où tout le monde a le même visage : le visage de la culture et la musicalité.

L’ouverture a été particulièrement marquée par la prestation de :

Marema Fall, 28 ans, Sénégal, lauréate du prix RFI 2014.

Un timbre de voix aigre et doux à la fois…

Une ampleur, une élégance, et une variété de rythmes, à vous éblouir !

La talentueuse Marema a porté les couleurs de la musique africaine avec noblesse, en produisant sur scène un spectacle triomphant, qui incarne un subtil mélange de sonorités africaines, de blues, de pop et Rock, on peut même y déceler une trace du Gnaoua marocain.

Par ailleurs, Marema et son groupe multiculturel ont choisi de combiner le traditionnel et le contemporain en utilisant comme instruments : le Xalam, instrument à cordes populaire de l’Afrique de l’ouest, et la guitare rock.

L’artiste sénégalaise ne s’est pas contentée de son chant mélodieux, son passage sur scène a été marqué également, par une chorégraphie spéciale ; une danse impressionnante concordant avec la musique, une symétrie et un rythme parfait qui a enflammé la scène.

Chorégraphie de Marema et son percussionniste Saraba.

Pour finir son show, elle a opté encore une fois pour le délire, l’ambiance, et l’amusement dans toute sa démesure, en proposant au public de la rejoindre sur scène.

 E3UK (Inde – UK)

On nous emmène en Inde…

On nous insuffle la Culture Dance : Bhangra et Bollywood.

Des prestations inédites, qui ont fait danser tout le public.

Présenté comme un avant-goût du véritable spectacle, une performance du Djembé avec des baguettes à l’indienne , a redonné de l’énergie au public.

Vient après, une brève présentation du band, par un des musiciens, suivie d’une spéciale intervention d’un artiste Punjabi, qui a donné une saveur particulière au spectacle avec ses mouvements folkloriques et sa tenue indienne jaune parée de bijoux traditionnels.

crédit photo: lesechos.ma
crédit photo: lesechos.ma

La suite du Show s’est consacré au chant indien, qui a fait bouger entièrement le public.

 Queen Koumb

 La perle musicale gabonaise,

 dont la voix nous apaise l’âme.

Sa musique puise du traditionnel, du jazz, latino, reggae avec une pointe de funk.

Faycal Azizi

Une compilation de plusieurs styles musicaux, en partant du traditionnel, allant jusqu’au jazz, électro-pop.

L’artiste tétouanais Fayçal Azizi a choisi de nous présenter, d’emblée, ses titres les plus connus (Ouerda ela Ouerda, Meftah el qouloub…) avant de répondre à la volonté du public qui a insisté pour qu’il chante ‘Hak a Mama’.

 

La soirée a connu également la prestation du groupe 3MA composé de trois musiciens venus du (Maroc – Mali – Madagascar) d’où vient l’appellation du groupe.

Outre les spectacles, des prix hommages ont été également décerné à quelques artistes notamment la Diva par excellence de la Aita Merssaouia, Khadija El Bidaouia, et l’artiste-chanteur Vincent Ahehehinnou qui a dédié son prix à tous les amoureux de la musique.

Image à la une : Le public lors d’un showcase de l’édition 2016.©VFM

« Visa For Music » le rendez-vous des mélomanes

Le salon international des musiques d’Afrique et du Moyen-Orient « Visa For Music » revient à Rabat du 22 au 25 novembre pour une quatrième édition, promettant ainsi quartes jours d’effervescence, de création musicale et de rencontres culturelles inédites.

Passionnés de musique, ne manquez pas le VFM !

Le festival vous a concocté une panoplie de culture et des styles musicaux différents ; cette année, près de 40 groupes venus des quatre coins du globe, des artistes éclectiques aux multiples talents seront réunis, pour vous offrir des shows d’exception et enflammer plusieurs sites de la capitale, notamment le Théâtre Mohammed V, le Club Renaissance et le Cinéma Renaissance.


 PROGRAMME COMPLET

 Mercredi 22 novembre

Théâtre Mohamed V : 

18h30 : 3MA

19h30 : Marema

20h20 : E3UK

21h10 : Fayçal Azizi 

22h00 : Queen Koumb

Le Dhow:

00h00 : Taxi Kabir 

01h00 : Kali G

Jeudi 23 novembre 

Sous la tente (Esplanade du théâtre Mohamed V) :

15h00 : Jouvay Fest

16h00 : Corde1

Café Renaissance :

18h30 : EUSEBIA

19h30 : Faraj Suleiman

21h00 : MAcAM

22h30 : Yüma

La salle Renaissance :

18h30 : Armand Biyag

20h00 : Doctor Prats

21h30 : Sekou Kouyate

23h00: Lmoutchou (Mobydick)

Théâtre Mohamed V : 

19h00 : Lo Griyo

20h30 : Hassan Boussou (Gnawa Racines)

22h00 : Elida Almeida

23h30 : Siska

Le Dhow :

00h00 : DJ Sama

01h00 : DJ Lutonda

Vendredi 24 novembre 

Théâtre Mohamed V : 

19h00 : Inouraz/ Jeong Ga Ak Hoe

20h30 : Aïda & Babak Quartet

22h00 : The Wanton Bishops

23h30 : El Morabba3

Sous la tente (Esplanade du théâtre Mohamed V) :

14h30 : Tarwa (Laureat Tanjil)

14h00-16h00 : Jouvay Fest

15h30 : Seven Doors (Laureat Tanjil)

16h30 : RORO KALIKO

La salle Renaissance :

18h30 : Ghalia Benali & Mâäk

20h00 : Shishani & the Namibian Tales

21h30 : ITALIA MIGRANTE

23h00 : Aywa

Café Renaissance :

18h00 : ST Fusion

19h30 : IALMA

21h00 : Humanity Starz

22h30 : Daraa Tribes

Le Dhow :

00h00 : DJ Afrotronix

01h00 : DJ Missy Ness

Samedi 25 novembre 

Théâtre Mohamed V : 

19h00 : Kardeş Türküler

20h30 : Kasba

22h00 : Farid Ghannam

23h30 : Raïna Raï

 Sous la tente (Esplanade du théâtre Mohamed V) :

14h30 : JY Blues (Lauréat Tanjil)

14h00-16h00 : Jouvay Fest

15h30 : Abdou project (Lauréat Tanjil)

16h30 : JYSSE

La salle Renaissance :

18h30 : Jihane Bougrine

20h00 : TootArd

21h30 : Mokoomba

23h00 : Khansa Batma

Café Renaissance :

18h00 : Ali Asghar Rahimi & Roohafza Ensemble

19h30 : Nour Harkati & Aytma

21h00 : Hisham Kharma

22h30 : Black Jaguar

Le Dhow :

00h00 : DJ LAG

01h00 : DJ Paco Pigalle

 VFM des shows, mais pas que…

Outre les concerts, des professionnels du secteur culturel et artistique, ainsi que des directeurs de diverses manifestations musicales internationales seront également présents, pour animer des conférences, ateliers, formations, Speed meeting et salons d’exposants.

Les ateliers s’attardent en grand partie sur la production culturelle et Management d’artistes, et se dérouleront principalement au Hiba Lab, Villa des Arts, Institut Cervantes et la salle Gérard Philipe de l’Institut français de Rabat.

Photo credits : Reco Art ©2014.

The ultimate Acid-jazzy playlist

Cet article s’adresse aux amoureux du Jazz ( Mais à toute créature mélomane également)! Rien de mieux qu’une bonne playlist qui nous rappelle à quel point le Jazz est l’une des meilleurs créations humaines.

Cette playlist est consacrée spécialement à l’Acid-Jazz. Cette musique mêlant du jazz, du soul, du funk et même de la disco; apparut pour la première fois en Angleterre pendant les 80’s grâce à Gilles Peterson. Cette appellation fait référence à l’acid House qui ,à l’époque , était très présent dans la scène et clubs britanniques.

Bref, je vous ai concocté quelques perles qui font mon bonheur.

Enjoy!

1967 : l’éclosion du psychédélisme

Nous sommes au milieu des années 1960, le monde connait une vraie révolution culturelle suscitée par une envie de liberté d’une génération de jeunes qui n’ont pas connu l’horreur de la guerre mais qui a grandit au milieu d’une société de crainte, de conformisme excessif et de scandales qui ont coupé les liens entre la jeunesse et le système.

Les mouvements de jeunes du milieu des années 60 scandaient la paix, l’amour et la lutte pour droits civiques. Ils exprimaient leurs revendications de diverses façons, de la peinture, du cinéma mais la musique était le moyen le plus fort et retentissant. 

Au même moment, la jeunesse de l’époque a commencé à s’essayer de plus en plus aux drogues de tous genres, du cannabis au LSD, et cette collision entre ces deux mondes a engendré un style musical difficilement définissable, mais facilement distinguable par son atmosphère hallucinante, son expérimentation qui a poussé les artistes à incorporer des sonorités « exotiques » ou des instruments électroniques, et aussi des paroles mystérieuses et hors du commun.

La musique psychédélique existait bien avant 1967, mais durant cette année, le monde de la musique connaîtra une éclosion créative faramineuse  qui le marquera à jamais. Le début était avec le concept album des Beatles Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Bandconsidéré par plusieurs critiques comme l’album le plus abouti du groupe et le premier album psychédélique. Un album qui a rapidement influencé toute la génération de musiciens qui va nous offrir une année musicale mémorable avec des albums qui ont laissé une trace éternelle dans la mémoire musicale. 

1967 a été marqué par les premiers albums de légendes de la musique tels que The Doors et Jimi Hendrix, la sortie de chefs d’oeuvre des Pink Floyd, The Rolling Stones, Cream ou Jefferson Airplane. 50 ans après, ces albums nous font rêver, nous intriguent par leur qualité et nous oreilles exaltent aux mélodies des chansons qui se font éternelles.

Bonne écoute ! 

INSIDE : Le tournage de « Richa » d’Ayoub El Machatt.

L’équipe Vinylemag eut l’occasion d’assister au tournage du clip de la septième chanson de l’album Sawamit d’Ayoub El Machatt, elle a été écrite en 2013, et sortie en 2015. Vous pourrez découvrir le nouveau clip avant la fin du mois prochain.

Pour ceux qui ne l’ont toujours pas écoutée :

Le tournage se produit à Kénitra, par la réalisatrice Asmae Elmoudir. Les amoureux du vintage vont ADORER le décor époustouflant du clip se composant entièrement de vinyles, lecteurs de disques et antiquités. On vous laisse découvrir en images:

La chanson comte une merveilleuse métaphore : La personnification d’un lute qui perdu son plectre (Richa) reflète l’inspiration qui abandonne l’artiste. Suivez nous sur Facebook pour ne pas rater la sortie du clip!

Keep rocking!

 

 

 

 

 

 

Playlist : Middle east Jazz

Nos playlists se sont éclipsées pendant quelques semaines, mais notre amour de la musique et la soif de partager la musique raffinée avec nos chers Vinyliens nous pousse à reprendre le cours des playlists hebdomadaires.

Le Jazz est une de ces genres musicaux qui nous marque avec la qualité de ses morceaux et la finesse de ses compositions. Pour notre playlist de la semaine, on s’intéressera principalement au Jazz produit au Moyen Orient, un genre hybride difficile à définir. Bien que cette région englobe des pays qui sont semblables sur plusieurs volets, mais la diversité des cultures nous étonne souvent. Car le Moyen Orient n’est pas un seule ensemble homogène, il est un mélange troublant mais enchantant. 

Le Middle East Jazz marie à merveilles le Jazz moderne aux musiques locales traditionnelles, Le Luth à la guitare, la batterie à la Darbouka en y ajoutant du saxophone, trompettes, contrebasse et bien d’autres instruments qui ne font qu’enrichir les compositions de quelques virtuoses qui méritent une bien meilleure exposition médiatique dans leurs pays. 

Du Maroc à l’Iran, vous allez découvrir des compositions d’artistes qui s’expriment de leur propre manière, une liberté d’expression dans un cadre musical Jazz pour nous offrir une playlist de morceaux merveilleux.

Bonne écoute !