Archives pour l'étiquette 60’s

1967 : l’éclosion du psychédélisme

Nous sommes au milieu des années 1960, le monde connait une vraie révolution culturelle suscitée par une envie de liberté d’une génération de jeunes qui n’ont pas connu l’horreur de la guerre mais qui a grandit au milieu d’une société de crainte, de conformisme excessif et de scandales qui ont coupé les liens entre la jeunesse et le système.

Les mouvements de jeunes du milieu des années 60 scandaient la paix, l’amour et la lutte pour droits civiques. Ils exprimaient leurs revendications de diverses façons, de la peinture, du cinéma mais la musique était le moyen le plus fort et retentissant. 

Au même moment, la jeunesse de l’époque a commencé à s’essayer de plus en plus aux drogues de tous genres, du cannabis au LSD, et cette collision entre ces deux mondes a engendré un style musical difficilement définissable, mais facilement distinguable par son atmosphère hallucinante, son expérimentation qui a poussé les artistes à incorporer des sonorités « exotiques » ou des instruments électroniques, et aussi des paroles mystérieuses et hors du commun.

La musique psychédélique existait bien avant 1967, mais durant cette année, le monde de la musique connaîtra une éclosion créative faramineuse  qui le marquera à jamais. Le début était avec le concept album des Beatles Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Bandconsidéré par plusieurs critiques comme l’album le plus abouti du groupe et le premier album psychédélique. Un album qui a rapidement influencé toute la génération de musiciens qui va nous offrir une année musicale mémorable avec des albums qui ont laissé une trace éternelle dans la mémoire musicale. 

1967 a été marqué par les premiers albums de légendes de la musique tels que The Doors et Jimi Hendrix, la sortie de chefs d’oeuvre des Pink Floyd, The Rolling Stones, Cream ou Jefferson Airplane. 50 ans après, ces albums nous font rêver, nous intriguent par leur qualité et nous oreilles exaltent aux mélodies des chansons qui se font éternelles.

Bonne écoute ! 

Woodstock 1969 : Les 10 meilleures performances ( 5 – 1 )

Woodstock reste un des événements les plus importants de la musique contemporaine et de la contre culture. Ce soir, nous allons continuer notre sélection des meilleures performances du festival, avec les 5 meilleures.
Des prestations qui n’ont, non seulement, marqué le festival mais aussi l’histoire de la musique.

5 – The Who – My Generation

Le passage de The Who à Woodstock était une étape de leur longue tournée de promotion de leur rock-opéra Tommy, ce qui ne les a pas empêché de chanter quelques classiques du groupe tel que l’emblématique My Génération. Une performance digne du statut de groupe pionnier des prestations scéniques extravagantes à l’image du show de Pete Townshend à la fin de la chanson, mais qui ne cache pas l’immense talent de Keith Moon à la batterie, un légendaire Entweistle à la basse avec son solo et dont le cameraman a oublié sa présence et surtout l’emblématique hymne de l’époque : « I hope i die before i get old »

4 – Joe cocker – With a little help from my friends

Woodstock était un vrai accélérateur pour la carrière du jeune chanteur britannique. Alors qu’il commençait à avoir un certain succès dans son pays et aux Etats-Unis, sa performance au festival a fait de lui une vrai star mondiale. Avec son charisme, sa voix puissante et ces mouvements très particuliers qui font de lui un des pionniers de l’Air Guitar , Cocker a ébloui l’audience avec une magnifique reprise du morceau des Beatles With a little help from my friends . Rares sont les moments où une chanson peut être aussi expressive et attachante, Joe Cocker et son groupe The Grease Band ont créé une atmosphère hallucinante et inimitable.

3 – Richie Havens – Freedom

Quand Richie Havens est monté sur scène, il était un parfait inconnu par la plupart des personnes présentes au festival,. Quelques minutes après, le jeune New-yorkais est devenu une vraie star nationale et une figure idolâtrée par des millions de Hippies dans le monde entier. Cette reconnaissance, Havens la doit à sa performance éblouissante de Freedom, qui deviendra un hymne de toute une génération, et qui sera considérée quelques années après comme un moment majeur des années 60. Avec son jeu agressif à la guitare et avec l’aide d’un percussionniste et l’accompagnement d’un autre guitariste, Richie Havens a marqué les esprits à jamais avec Freedom.

2 – Carlos Santana – Soul Sacrifice

Précurseur de la World Music, Santana venait tout juste de terminer l’enregistrement de son tout premier album, qui est sorti une semaine après le festival, quand il était invité à Woodstock. Et là, il a carrément bouleversé l’audience avec son niveau incomparable de guitare et le son original de son groupe mêlant Rock, Funk, Salsa et d’autre genres musicaux. Avec son groupe hétéroclite,  Santana a créé les bases de la World Music lors de leur passage, mais ce qu’on retient le plus de son show est la légendaire interprétation de leur morceau instrumental Soul Sacrifice. Santana au sommet de son art jouant des solos très funky, des percussions qui font vibrer tous les spectateurs et surtout le formidable solo de batterie de Michael Shrieve, âgé tout juste de 20 ans à l’époque. Une performance en état de trance musicale.

1 – Jimi Hendrix – The Star Spangled Banner

Programmé le dimanche soir, Jimi Hendrix ne monte sur scène que le lundi matin devant seulement 30 milles personnes.
Absolument aucune autre performance ne définit la légende du festival autant que celle de Jimi. Une performance qui montre le talent incomparable de Hendrix, et qui reste mythique, surtout avec la virtuosité du guitariste. Le génie de Hendrix s’exprime à travers l’interprétation de l’hymne Américain avec l’utilisation des distorsions et des pédales d’effets pour créer un son semblable à celui des bombes, un festival pyrotechnique en contestation à la guerre de Vietnam.
C’était une représentation indélébile de la contre culture et de la musique des années 60 qui a marqué l’histoire de la musique, et une preuve incontestable que Jimi Hendrix est le meilleur guitariste de l’histoire.