Archives pour l'étiquette 70’s

70’s Funk : Feel the groove !

Après une longue pause, nos playlists sont de retour!

Un retour plein de groove avec le meilleur du Funk des années 70. Cette décennie qui a révolutionné la musique moderne tout en s’imprégnant des genres musicaux existants. Une attitude représentée par le Funk qui a importé la finesse musicale du Jazz et la sensualité de la Soul en y ajoutant du rythme spécial au Funk avec une basse exaltante, un son de batterie rythmé et la présence prédominante de cuivres ou l’ajout du synthétiseur.

La groove du Funk des années 70 est tellement mythique (et parfaite) que ces lignes de basses sont samplé jusqu’à ce jour par plusieurs producteurs, des premiers chanteurs Hip-hop à Kendrick Lamar. Un son en béton qui n’a besoin qu’une décoration de divers manières pour l’exposer et plaire au grand public.

Sur cette playlist, vous allez retrouver, chers Vinyliens, quelques morceaux phares de cette période. De James Brown, à l’autre légende George Clinton et son P-Funk, en passant par le son hypnotisant d’Herbie Hancock, sans oublier Chic, la groove irrésistible de Cameo, et la joie festive des Commodores.

Pour savourer la magie du Funk il faudrait se procurer un bon casque pour ressentir l’enchantement de la basse et de cuivres qui traverse ton corps pour lui redonner de l’énergie, pour apprécier la finesse du rythme de la batterie qui te fera bouger la tête, et pour se laisser emporter par la  magie irrésistible du FUNK.

Feel the groove, get funky !

The Ultimate Punk playlist

Vous êtes fan du Punk, ou avez envie de le découvrir? Cette playlist va vous plaire. Ce style musical révolutionnaire qui apparut au début des 70’s mérite sans aucune doute une playlist consacrée qu’à lui.

Petit cours d’histoire; après le rock des 60’s, apparu aux USA avec les frustrations d’une frange de la jeunesse qui malgré tout réussit à transformer son désespoir et sa vitalité en un mouvement culturel inédit : Le Punk apparu. Ce qui explique la brutalité de ce style musical qui est sensée expliquer les incertitudes de cette génération envers l’avenir. Bref et sans plonger dans les détails d’un mouvement autant culturel que musical, Je vous présente une playlist rassemblant les pionniers de ce genre, enjoy!

Rory Gallagher : Le virtuose irlandais du Blues

La légende dit que Jimi Hendrix considérait Rory Gallagher comme le meilleur guitariste au monde ! Est-ce vrai ? ne nous pouvons le confirmer. Mais une chose est sûre : Rory était un musicien hors pair.

Découvrons ensemble l’un des guitaristes les plus influents du 20ème siècle et qui est, malheureusement, peu connu par rapport à son impact sur la scène Blues/Rock mondiale.

Bercé par les sons de Blues du Delta, mais aussi du country et la musique traditionnelle irlandaise, Rory Gallagher joue ses premières notes de musique à Cork en Irlande.
Sur une guitare de 5 livres sterling (et qui aurait valu des millions aujourd’hui) Rory commence à jouer des morceaux Skiffle de Lonnie Donegan, puis, inspiré par Buddy Holly, se met à jouer du Rock’nRoll sur une guitare électrique. Il découvre, ensuite, son amour éternel pour le Blues avec Muddy Waters et Lead Belly.
Un peu plus tard, le jeune irlandais devient le prodige de Cork, d’abord, puis de toute l’Irlande.
Il abandonne alors l’école pour se consacrer sa vie à la musique, aux côtés de sa très chère compagne « Fender Stratocaster série 1961 » jusqu’à ce que la Mort les a séparé !

Rory_Gallagher_-_Irish_Tour_-_Front(Malgré son usure, due aux centaines de concerts durant plus de 30 ans, Rory Gallagher est resté fidèle à sa guitare)

Après avoir été membre de quelques groupes locaux, la carrière professionnelle de Rory Gallagher débute officiellement avec la création de Taste, un trio Irlandais qui rivalisait avec les plus grands groupes de l’époque tels que Cream, et où la virtuosité de Rory s’est propulsée.
Cette aventure n’a duré que 4 ans, et c’est ainsi que la carrière solo de Gallagher s’est lancée. Une carrière qui a duré un quart de siècle et qui compte des milliers de concerts, avec une fréquence de plus de 250 performances par an. Accompagné de son fidèle bassiste Gerry McAvoy (la fidélité était indéniablement un des principes de Rory) qui lui fournissait les lignes de basses idéales pour ces solos de guitares puissants mais finement joué, car Rory Gallagher n’a jamais cherché l’artificiel dans son jeu, son style pur reflétait sa passion incommensurable, ses états d’âmes et son amour unique pour ce qu’il faisait. Avec un seul but, faire danser le public.
Rory, était toujours impressionnant avec son style agressif et viril tout en restant fin et sensuel.  Il est resté toujours proche de ses fans, fuyant l’éclat de la célébrité, refusant d’adhérer à l’engrenage de l’industrie musicale.

C’était un puriste qui a décliné l’offre de rejoindre The Rolling Stones, et n’a jamais sorti de single ni de clip. Pour comprendre cette légende underground, il faudrait juste regarder une vidéo de ses performances intenses où il entre en symbiose avec son public.

Chantant sa peine en Blues, sa révolte en Rock et allant même jusqu’à s’aventurer dans la musiques indiennes en jouant du Sitar, ce style versatile épatait ses contemporains. il maîtrisait aussi bien le jeu en acoustique qu’en électrique et ce, avec diverses techniques.
Sa générosité, son énergie sans limites sur scène et son dévouement à la musique le rendaient inimitable.

Rory Gallagher demeure une référence majeure dans le monde de la musique. En effet, il est souvent réputé être l’inspiration de plusieurs musiciens notoires, à savoir : Eric Clapton, Bob Dylan, Brian May, Johnny Marr, Gary Moore, Slash et Joe Bonamassa.
Certes il n’a pas produit des hits, et est souvent sous-estimé par la presse (classé 57ème au classement de meilleurs guitaristes de Rolling Stone magazine), mais il est, incontestablement, une légende de la musique qui a ses fans fidèles à lui, surtout en Europe. Un musicien brillant et original qui a marqué la musique pour nous quitter en 1995, à 47 ans seulement, célibataire et n’ayant pas d’enfants, car durant plus de 30 ans, il a épousé sa guitare pour donner naissance à des chefs d’oeuvres que vous pouvez savourer sur cette playlist.

Je vous recommande aussi ces albums studios Deuce et Calling Card, et surtout de savourer ces lives, car Rory était une vraie bête de scène, il avait pour surnom le loup-garou Irlandais.

70’s Disco Fever

Au milieu des années 70, les jeunes de l’époque découvrent une nouvelle musique, le Disco. Un mélange de rythmes Funk, de sonorités Pop et d’effets électroniques qui faisait le bonheur des fêtards. Une musique qui devint un vrai phénomène urbain grâce à des groupes tels que Bee Gees et Harold Melvin and the Blue Notes. Elle se jouait dans tous les discothèques d’Amérique et d’Europe. Et vers la fin de la décennie, la popularité du Disco explose et ces chansons domineront les Charts au monde entier, notamment avec l’immense succès du film Saturday Night Fever qui contribuera au mythe de la « Ferveur du Disco ».

Alors ce soir, chers Vinyliens, je vous propose une playlist qui vous transportera au coeur des discothèques des années 70. Des morceaux pour vous faire vivre un samedi soir coloré aux couleurs de la boule à facettes et au rythmes des plus grands succès de l’époque, Des Bonney M aux Village People, en passant par Gloria Gaynor et d’autres artistes incontournables du genre.

Mettez-vous à la peau de Tony Manero et dansez !