Archives pour l'étiquette Dire Straits

10 groupes qu’on aimerait voir se reformer pour un concert

2016 ne serait pas une année normale pour les amateurs du Rock avec le retour de la formation légendaire des Guns’N’Roses sur scène. Une nouvelle qui fait rêver chaque fan, et qui nous fait penser aux éventuelles réformations que nous aimerions tant voir, surtout avec des groupes dont les membres sont d’un âge considérable et avec la récente série de décès des légendes de la musique.

Dans cet article, je présenterai une liste -subjective- des groupes que j’aimerai voir se réunir de nouveau et assister à un de leurs concerts, car des légendes comme celles-ci méritent d’être vues ensemble sur scène au moins une fois dans la vie.

The Raconteurs

En pensant à Jack White, on fait souvent référence à The White Stripes, mais j’aimerai plus qu’il reprenne la route des tournées avec The Raconteurs, ce Super groupe qui a produit 2 des meilleurs albums de Rock de la dernière décennie, où Jack White est bien accompagné par des artistes de qualité.
Un Brendan Benson phénoménal mais très sous apprécié, comme le groupe d’ailleurs. Ils doivent se reformer pour qu’on apprécie ce genre de Live électrique !

Rage Against the Machine

Un phénomène musical des années 90 qui a fait son retour en 2007 mais qui s’est mis en arrêt depuis 2009 sans donner aucune raison, avec quelques rumeurs de retour en studio et de tournées. On aimerait bien les revoir encore pour leur révolte, leur énergie intarissable et leur engagement politique inexistant chez les artistes de cette époque.

R.EM.

Tout simplement car je veux voir un de mes groupes préférés sur scène, et savourer Losing my Religion et tant d’autres merveilles en Live, car rien ne dépasse la magie d’une chanson en Live d’un groupe qui maîtrise l’art du Show.

The Police

La voix et les lignes de basse de Sting ne sont brillantes qu’avec l’accompagnement fastueux de la guitare d’Andy Summers et Stewart Copeland à la batterie. Ne voudriez-vous pas assister à un concert de ce calibre ?

Oasis

Difficile de bosser avec ton frère surtout lorsque vous avez tous les deux un sale caractère, mais j’aimerai tant assister à un concert de la formation initiale de Oasis, pour leurs prestations Live et leur attitude Rock’n’Roll qui manque cruellement aux jeunes groupes. Pour revoir leurs disputes et improvisations, il faudrait une grande somme d’argent selon Noel, ce qui n’est pas impossible surtout avec l’arrêt des Beady Eye, le groupe de Liam post-Oasis.

Genesis

Un monument du Rock Progressif au début des années 70, avant de virer vers le Pop Rock et rencontrer un immense succès commercial. J’aimerai revoir la formation initiale avec Peter Gabriel, Phil Collins, Steve Hackett, Tony Banks et Mike Rutheford  pour nous produire un album  comparable à ce chef d’oeuvre de Selling England by The Pound.


Dire Straits

Après la séparation du groupe en 1993, Mark Knopfler a préféré les petits  concerts intimistes au grandes salles, mais si jamais le groupe qui a ébloui des générations se réforme, les stades du monde seront ravis d’accueillir des centaines de milliers de fans.

The Smiths

En 5 ans seulement, The Smiths a marqué à jamais la scène musicale mondiale, celle de la Grande Bretagne en particulier. Le groupe qui a influencé toute une génération d’artistes des années 90  et qui sera euphorique de retrouver Morrissey et Johnny Marr sur scène.

Led Zeppelin

Durant sa dernière visite au Maroc, Robert Plant ne voulait plus entendre parler de Led Zeppelin, mais les fans du monde entier rêvassent de le retrouver avec Jimmy Page, John Paul Jones et Jason Bonham pour remplacer son défunt père, comme c’était le cas en 2007. Mais on attend toujours.

Pink Floyd

Imagine, tu te réveilles un matin et on t’annonce que Roger Waters, David Gilmour et Nick Mason décide enfin de se réunir et de nous produire une ultime tournée. Difficile à croire, mais l’espoir fait vivre, et ces réformations nous font rêver.

Acoustica : Reprises Rock/Metal en guitare classique

Ce soir, nous allons découvrir ensemble une autre facette de quelques classiques du Rock et Metal. Avec des reprises instrumentales splendides en guitare classique.

La guitare classique apporte un lyrisme ambiant à des chefs d’oeuvre modernes, avec une touche magique de guitaristes qui déclenche un effet magique sur nos petites oreilles avec leur jeu somptueux tout en nous poussant à chantonner en parallèle.

Laissez-vous aller sur le son chaleureux de la guitare classique et accédez à un monde de rêverie sur le son de vos chansons préférées en version guitare classique.

Bonne écoute !

Tracker : Le retour de Mark Knopfler

Alors qu’il y a plusieurs fans qui espèrent impatiemment que Mark Knopfler réunisse à nouveau son groupe légendaire Dire Straits, le guitariste anglais semble préférer explorer de nouveaux territoires musicaux et produire de nouveaux albums solos.

Rassurez-vous ! Dans ce dernier album, l’ex leader des Dire Straits, n’a rien perdu de son talent, et surtout de son éclectisme et classe musicale qui lui valurent la reconnaissance des fans et des musiciens.

Avec « Tracker », Mark Knopfler délaisse un peu son jeu aérien de guitare pour se convertir en conteur. 12 histoires courtes convoyées de rythmes bien ficelés.
Knopfler nous invite à un voyage, vers une multitude de lieux et d’histoires : Pendant des ballades Rock et Blues, on peut sentir le tabac et le cotton du Mississipi, le Rhum des côtes Irlandaises sur du Folk Celte et l’ambiance d’un vieux Pub où le Jazz résonne.

Mark Knopfler entame son tout dernier apport, à l’esprit de la musique, avec une jolie ballade celtique qui nous rappelle un peu le style des Pogues avec une touche plus douce en donnant vie à un texte empli de nostalgie et d’amour de la musique celtique et le nomme : « Laughs and Jokes and Drinks and Smokes ».
Ensuite il rend hommage à Basil Bunting (un des poètes modernistes les plus réputés) avec le morceau « Basil », issu de l’union d’un poème  émouvant et des douces mélodies de la guitare.
Quant à « Rivers Town » elle relate l’histoire d’un marin errant qui a perdu ses racines.
Des rivières, le musicien anglais nous transporte au ciel, le tempo change aussi, avec « Skydiver », un joli morceau folk rock rythmé. 

Tracker est un album avec une touche très personnelle; à l’image de « Mighty Man » où Knopfler se rappelle les années où il a vécu en Ecosse avec des ornements celtiques. La nostalgie continue avec « Broken Bones » mais cette fois en changeant de registre, utilisant des sonorités Funk, une chanson qui nous fait sortir de la douceur des ballades du début de l’album mais sans perdre une once d’élégance et de finesse. On enchaîne avec une ballade Dylanesque. « Long Cool Girl » est écrite lors de la tournée qui a réunit les deux poètes/musiciens en 2011, elle illustre l’influence de Bob Dylan sur le style poétique de Knopfler consolidée avec son unique jeu de guitare.
« Lights of Tormina » et « Silvre Eagle » sont des chansons  mélancoliques. On ne s’ennuie pas en les écoutant. Par contre, on ressent une espèce de quiétude grâce à la voix « simple » de Knopfler.

Pour les nostalgiques des Dire Straits, Il leur offre un morceau à la Sultans of Swing. « Beryl » en hommage à l’écrivain Beryl Bainbridge, est une chanson mélodique où Knopfler nous assure que ses doigts peuvent toujours faire des merveilles et qu’il  peut toujours créer des morceaux rythmés qui nous font danser sur le son moelleux de sa Stratocaster. Un plaisir mélodieux qui ne dure que 3 minutes pour laisser place à un chef d’oeuvre. « Wherever I go » est certainement la meilleure chanson pour terminer cet album. La complicité des voix de Ruth Moody et Mark Knopfler donne un charme exceptionnel à cette chanson, et si on y ajoute la dualité des sons du saxophone et de la guitare on a droit à plus de 6 minutes de pur plaisir. 

A l’instar de plusieurs légendes du Rock, Mark Knopfler ne pense plus à vendre des albums en masse car il en a déjà vendu des millions, mais il préfère se redécouvrir, créer de nouveaux sons, avoir une approche plus personnelle et de faire ce qu’il veut sans rien attendre du public. Il faut avouer que le résultat est bon; un disque agréable à l’écoute qui peut être savouré à tout moment, car ce genre de création est intemporel.