Archives pour l'étiquette Good Music

The Heavy : Prepare to swoon, ladies (and gentlemen) !

Sometimes, you just want to listen to some good-ass music. You want to be a self-important prick to your friends when telling them about that new craaaaazy great band that you just discovered and that no one knows about (we all did it, don’t you even try to deny it !). Well, today, I’m giving you the chance to do it again, to blow your friends’ minds and make them worship you like the music deity you are (strghfr stghfr though).

They are young, they are hot, but most importantly, they are extremely talented. Their music makes you either swing or slow dance. The Heavy have what we, poor, talentless (okay, not that talentless), common people call “groove” and this class that is oh so special to British people. Their music is a melting-pot of styles and instruments: They easily move from Blues to Soul, Old Rock and even Funk and Hip Hop. Nothing scares them, musically, and it is a mesmerizing experience for our ears, when all we hear on our national radio is « Safi safi, matzid ta kelma safi » and other bullshit like that (No offense to this kind of music’s fans, though).

The lyrics alone are a work of art, a subtle dark poetry that describes a cursed day to day life, situations we’ve all lived, sensations we’ve all had. They don’t sing about beautiful girls, sex or money, they sing about life, authenticity, and sometimes, this is what we really need.

The Heavy are hardly known in Morocco, but after three successful albums, they made their marks in their country (The UK, home of beautiful landscapes and sexy accents. Dammit, those accents! Sorry, I’m forgetting myself; let’s go back to the music) and in the US. However, people everywhere should enjoy the masterpiece that is their art.

Without further ado, I will let you discover The Heavy with this playlist that I made all by myself (I am so proud.)

The Heavy by Houda Laabadi on Grooveshark

Les découvertes de la semaine : Little Suns, Twin Forks et Kae Sun

De l’Indie Folk avec Little Suns :

Des sons soutenus et affriolants, des instruments aussi variés qu’une arabesque, et une soudaine envie de danser. Litte Suns est un groupe montréalais qui réunit tous les rythmes du monde. Passant de la basse, à la clarinette au bouzouki ou encore au saxophone, ils nous offrent une palette de mélodies toutes aussi colorées les unes que les autres, différentes, mais en symbiose parfaite. Tantôt heureux, tantôt mélancolique, leur art ne laisse personne de marbre : On aime ou on déteste, mais on ne peut pas y être indifférent. Encore très peu connus au Canada et à l’international, ils montent sur scène dans plusieurs pubs tout autour de leur pays. Si vous êtes fans d’Arcade Fire, ce groupe est pour vous !

De l’Americana avec Twin Forks :

Si vous êtes de mauvaise humeur et que vous voulez vous remettre sur pied, écoutez Twin Forks. Leur musique est heureuse, joviale, au rythmes presque enfantins.

Everyone leaves someone behind, Good and Slow, Cross my mind et tant d’autres petits chefs d’œuvres qui vous donnent envie de tout laisser tomber et danser sous le clair de lune. Un subtil mélange de voix féminines et masculines donne un nouveau souffle de vie à leurs chansons. Influencé par les vieux artistes country, le classic folk et la roots music, leur art ne ressemble à rien d’autre que vous ayez déjà écouté.

Leur musique vous fait tout oublier, le temps, l’espace, et vous oblige à vous abandonner à un tourbillon de sentiments, tous aussi différents les uns que les autres. Vous dansez, vous chantez, vous applaudissez, vous êtes béats, et cette explosion de couleurs musicales vous hypnotise, vous rend presque léthargiques. C’est tout simplement une jouissance des sens, du cœur et de l’âme que de les écouter.

Du Folk-Soul avec Kae Sun :

“Oceans apart and I’m sailing on my dreams
Roll and row but my rolling game too wild
I’m lost in your smile
I’m spending my time watching the ship and the globe
Why beauty’s in the simple things
Your sweetness and your elegance …”

Les chansons écrites par Kae Sun se démarquent par leur poésie et leur spiritualité. On a souvent le sentiment qu’elles sont très personnelles, et qu’elles touchent aux fins fonds de l’âme et font vibrer le sensuel profondément caché en chacun de nous.

D’origine Ghanéenne, Kae Sun, de son vrai nom Kwaku Darko-Mensah Jnr, immigre au Canada pour terminer ses études et s’y fait connaitre sur scène. Se produisant dans plusieurs festivals, souvent en acoustique, mais aussi accompagné par un groupe, il inspire ses fans vivant dans les quatre coins du globe. Les magazines se réfèrent à sa musique comme étant « Music. Pure and simple. ».

Kae Sun nous oblige, tendrement,  à retourner aux racines de l’art musical et nous réapprend à apprécier des paroles et des rythmes doux, simples, mais attendrissants et tellement expressifs. Sa voix acre, inhabituelle, presque souillée mais qui nous comble à la perfection, reste ancrée dans nos têtes et nous fait passer des moments inoubliables.