Archives pour l'étiquette Jefferson Airplane

1967 : l’éclosion du psychédélisme

Nous sommes au milieu des années 1960, le monde connait une vraie révolution culturelle suscitée par une envie de liberté d’une génération de jeunes qui n’ont pas connu l’horreur de la guerre mais qui a grandit au milieu d’une société de crainte, de conformisme excessif et de scandales qui ont coupé les liens entre la jeunesse et le système.

Les mouvements de jeunes du milieu des années 60 scandaient la paix, l’amour et la lutte pour droits civiques. Ils exprimaient leurs revendications de diverses façons, de la peinture, du cinéma mais la musique était le moyen le plus fort et retentissant. 

Au même moment, la jeunesse de l’époque a commencé à s’essayer de plus en plus aux drogues de tous genres, du cannabis au LSD, et cette collision entre ces deux mondes a engendré un style musical difficilement définissable, mais facilement distinguable par son atmosphère hallucinante, son expérimentation qui a poussé les artistes à incorporer des sonorités « exotiques » ou des instruments électroniques, et aussi des paroles mystérieuses et hors du commun.

La musique psychédélique existait bien avant 1967, mais durant cette année, le monde de la musique connaîtra une éclosion créative faramineuse  qui le marquera à jamais. Le début était avec le concept album des Beatles Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Bandconsidéré par plusieurs critiques comme l’album le plus abouti du groupe et le premier album psychédélique. Un album qui a rapidement influencé toute la génération de musiciens qui va nous offrir une année musicale mémorable avec des albums qui ont laissé une trace éternelle dans la mémoire musicale. 

1967 a été marqué par les premiers albums de légendes de la musique tels que The Doors et Jimi Hendrix, la sortie de chefs d’oeuvre des Pink Floyd, The Rolling Stones, Cream ou Jefferson Airplane. 50 ans après, ces albums nous font rêver, nous intriguent par leur qualité et nous oreilles exaltent aux mélodies des chansons qui se font éternelles.

Bonne écoute ! 

Woodstock 1969 : Les 10 meilleures performances ( 10 – 6 )

Il y a exactement 45 ans,  des milliers de hippies se sont réunis sur les terrains boueux d’une ferme à quelques kilomètres de la ville de Woodstock pour célébrer la musique et la paix. Cet événement qui a rassemblé presque un demi-million de personnes est considéré maintenant comme un festival légendaire  et un événement marquant de la musique.

Plus de 30 artistes et groupes se sont succédés sur la scène du festival durant 4 jours, quelques uns étaient déjà des stars confirmées, d’autres des artistes émergents qui feront leur grande entrée au panthéon des musiciens à travers leurs performances inoubliables durant le Woodstock Music and Art Fair. Voici le Top 10 des performances du festival.

10 – Canned Heat – Going Up The Country

Canned Heat était considéré comme un des meilleurs groupes de Blues de l’époque, son passage d’une heure sur la scène de Woodstock a confirmé ce statut notamment avec la formidable performance de leur tube Going Up The Country, du Blues basique avec un esprit hippie et surtout une énorme maîtrise technique.

9 –Country Joe & The Fish – I Feel Like I’m Fixin’ to Die Rag

A Woodstock, il y avait du Blues, du Rock, du Country et surtout des moments légendaires. Je n’ai pas vraiment choisi cette performance pour la chanson qui est certes intense, mais surtout pour sa phrase d’introduction qui est en elle seule un emblème de toute la révolution culturelle de l’époque où on n’avait peur de personne et on se révoltait contre tout conformisme. Pour sa chanson de clôture, le chanteur a marqué le festival avec sa phrase :  « Give me a F! Give me a U! Give me a C! Give me a K! »

8 – Janis Joplin – Ball & Chain

Lors de son passage à Woodstock, Janis Joplin était au tout début de sa courte carrière solo, et elle a interprété les chansons de son premier album, dont sa version de Ball & Chain, une performance qui, elle SEULE, résume l’immense talent de cet artiste hors pair, avec sa voix incomparable, sa présence scénique intense et son sourire angélique, une combinaison qui bouleverse l’âme et marque les spectateurs.

7 – Sly & The Family Stone – I want to take you higher.

A la fin des années 60, Sly & The Family était un vrai phénomène musical et connait un vrai succès aux Etats-Unis, ils étaient l’un des groupes les plus attendus du festival, et leur performance qui a commencé à 3:30 du matin le dimanche n’a pas déçu les centaines de milliers de spectateurs qui l’attendaient. Mais ce qui marquera le plus leur passage est la performance très funky de « I Want to take you higher » qui a fait bouger l’audience qui commençait a ressentir déjà la fatigue du long marathon musical. Un carnaval de trompettes, guitares qui vous fera bouger 45 ans après cette performance.

6 – Jefferson Airplane – White Rabbit

Alors qu’ils étaient programmés le Samedi soir, Jefferson Airplane ne sont montés sur scène que peu après le lever du soleil du dimanche. Le manque de sommeil, la fatigue et l’ambiance qui régnaient sur l’endroit avaient intensifié le psychédélisme de la performance, à en juger par le visage de Grace Slake chantant leur chef d’oeuvre White Rabbit. Un moment qui ne marque pas seulement le festival, mais toute l’époque du psychédélisme des années 60 et 70.