Archives pour l'étiquette Maroc

10 Artistes à ne pas rater au Visa For Music 2016

Visa For Music, le 1er salon des musiques d’Afrique et du Moyen-Orient, revient pour sa troisième édition avec une programmation de Showcases riche et variée et il n’en a pas l’étrenne ! Des concerts qui sont l’occasion pour voir ses artistes préférés se produire en Live et aussi faire de jolies découvertes musicales.

VinyleMAG, comme lors de chaque édition, vous fait sa liste de prédilections.
Bien que le choix s’avère difficile avec la participation de plus de 50 groupes -soigneusement choisis par les organisateurs selon un processus bien étudié- voici notre (LA) sélection incontournable : 

1 – Jadal : Mercredi à 22H30 au Théâtre Mohammed V

Un des groupes les plus attendus de cette édition, surtout après leur passage mémorable au Boulevard de 2015. Jadal est désormais une référence régionale de la Pop-Rock.
Pour découvrir leur dernier album et savourer leur meilleurs tubes, rendez-vous mercredi 16 Novembre !

2 – Labess : Samedi à minuit au Théâtre Mohammed V

Avec sa voix grave, ses poésies percutantes, le mariage réussi de la Rumba et Chaâbi algérien, le groupe de Nedjim Bouizzoul est un des plus connus de la scène contemporaine maghrébine. Une discographie qui vaut le détour et surtout un concert à ne pas rater !

3 – Betweenatna : Jeudi 23h30 à la salle La Renaissance :

Vous n’allez quand même pas rater le passage du meilleur groupe au monde à Rabat ! Une ambiance folle, du Punk sur un fond décalé. « l7ay7a ghatnoud »

4 – The Dizzy Brains : Vendredi 23h30 à la salle La Renaissance :

Un groupe Punk malgache qui crie leur rage à la Iggy Pop et qui visiteront le Maroc pour la première fois, ceci ne suscite-t-il pas votre curiosité ? Cette vidéo vous donnera envie d’acheter votre ticket de concert, alors!

5 – 47SOUL : Jeudi à 22h00 au théâtre Mohammed V

Le collectif palestien a inventé ce qu’on peut appeler la Debka électronique avec un son solide très kitsch. Ils vous feront danser.
Un groupe à découvrir !

6 -Othman El Kheloufi : Jeudi à 17h30 à La salle La Renaissance.

Amateurs de Jazz et de musique marocaines, le concert de l’excellent saxophoniste Othman El Kheloufi est à ne pas rater sous aucun prétexte ! Du Jazz Beldi qui mérite d’être plus connu sur la scène musicale locale.

7 – Nabalüm : Samedi à 20h30 à la salle La Renaissance.

Avec une voix envoûtante et sa soul africaine chaleureuse, Nabalüm vous invite à un voyage au coeur de l’Afrique. Elle est connue aussi par sa présence scénique imposante. Tous les ingrédients seront alors présents pour un concert mémorable.

8 – Temenik Electric : Vendredi à 23 h au théâtre Mohammed V

Du Rock avec ses riffs puissants et du Rai avec ses sonorités maghrébines, le style de Temenik Electric rappelle un peu celui de Rachid Taha mais avec une touche spéciale, plus moderne et électrique.

9 – Bongeziwe Mabandla : Vendredi 18 au café La Renaissance

Bongeziwe est un chateur sud-africain avec une voix au timbre particulier, un folk africain frais, une soul africaine sublime et surtout des chansons touchant de près les peuples africains, de Tanger à Cape Town.

10 –  Doueh Cheveu : vendredi 22h30 à la salle La Renaissance.

Ce virtuose de la guitare originaire du sud du Maroc vous enchantera avec un son atypique, une maîtrise unique. En l’absence d’un live sur youtube, venez le vivre vous même !

Visa For Music : Les festivtés continuent !

Après une première soirée haute en couleurs, les showcases de Visa For Music.  14 groupes ont illuminé la soirée de la capitale avec des prestations festives et diverses à la salle de La Renaissance, au théâtre national Mohammed V et au Grand Comptoir. 

Salle de La Renaissance : 

La soirée a débuté avec l’artiste burkinabé Alif Naaba, un guitariste très connu dans son pays natal où il a reçu le prix du meilleur album au KUNDE – équivalent burkinabé des victoires de la musique – . Alif a charmé les quelques spectateurs présents à la salle avec les sonorités africaines traditionnelles, son jeu de guitare dynamique et ses paroles qui chantent l’Afrique, avec ses joies et déboires.

Le show de Alif Naaba a été suivi par le rappeur mauritanien Monza, une figure incontournable de la jeune scène urbaine mauritanienne. Artiste engagé, Monza intégre souvent des messages politiques et des revendications sociales et culturelles dans ses chansons. Vêtu d’un jacket du Che, Monza a scandé les revendications d’une jeunesse libre, émancipée et ambitieuse.

Un engagement politique qu’on retrouve chez Smockey, qui a vu son studio d’enregistrement se faire bombarder lors des tensions récentes en Burkina Faso, suite à son soutien aux manifestants. Mais cet épisode l’a rendu encore plus déterminé à faire entendre sa voix au monde ; chose qu’il a faite à Visa For Music, devant un public marocain qu’il l’a découvert.

Le public qui a commencé à affluer dans la salle, a dansé sur des rythmes provenant de l’Ouganda. Jemimah Sanu avec son groupe Unit 446 nous ont faits voyager aux sources du Nil avec une prestation énergétique et une voix magnifique.

Cette édition de Visa For Music rend hommage à Dissidenten, groupe allemand de plus de 30 ans de carrière, et un avant-gardiste de mixage des musiques Rock et électroniques avec les sonorités africains et surtout avec la musique marocaine. Dissidenten qui ont collaboré avec Lmchaheb, Nass El Ghiwan et Jil Jilala sont des habitués du Maroc depuis les années 80, et ont délivré une prestation mémorable digne de leur statut.

La soirée à la salle La Renaissance s’est terminée en beauté avec un concert magnifique du, tant attendu, Djmawi Africa. Ce groupe algérien a mis le feu sur scène avec un mélange parfait de Gnawa, Chaâbi algérois, Alaoui, Rock et Jazz. Toute la salle dansait à coeur joie sur le son du violon, les riffs de guitares, la percussion maghrébine qui  fait automatiquement déhancher et le Gumbri qui  laisse en trance. Djmawi Africa est ce genre de groupe qui brillent en live et qui donnent le meilleur d’eux même. En tous cas pour leur premier concert au Maroc, le groupe a gagné encore plus de fans et a prouvé que la musique dépasse les frontières politiques et réunit les peuples frères.

Théâtre National Mohammed V

La soirée au théâtre national Mohammed V a été entamée par Franco-méricain Worl Kora Trio qui réunit 3 continents à travers 3 musiciens qui ont bâti un petit monde à eux, et qu’ils l’ont partagé avec le public présent ravi de découvrir de nouveaux groupes, comme à l’accoutumée de la programmation riche et variée de Visa For Music.

Une richesse qu’on a apprécié énormément lors de la prestation Dos Medinas Blancas, un projet qui réunit la chanteuse espagnole Carmen Paris et marocaine Nabila Maane. Une prestation qui nous fait songer au glorieux temps de l’Andalousie et sa richesse culturelle. Des poèmes d’Ibn Baja, aux chansons traditionnelles espagnoles, le duo accompagné de guitares et percussions nous a offert un show gracieux.

Ensuite, Malika Zarra est montée sur scène pour nous exposer un exemple attrayant de multiculturalité avec une oscillante bien dosée entre musiques du Sud marocain et influences occidentales, au grand bonheur des oreilles du public assez nombreux présent au théâtre national Mohammed V.

Mon coup de coeur de la soirée est certainement la jeune chanteuse cap verdienne Elida Almeida. A tout juste 20 ans, cette jolie artiste a le talent et le charisme de conquérir le monde de la musique et devenir la nouvelle Cesaria Evora. Elida, qui a eu le support de plusieurs fans enthousiastes nous a offert un concert mémorable, entre balades sentimentales et danses capverdienne. Elle est l’exemple ultime de ces artistes que tu découvres lors de VFM et qui te charme au point d’en devenir fan.

La soirée a connu son point d’orgue, avec 2 concerts hétéroclites et colorés. Entre l’énergie et la joie africaine du Guinéen Moh!Kouyaté qui nous a délivré un mélange fabuleux de sonorités africaines, qui font bouger le corps et un Blues intense qui fait chavirer le coeur. Et s’ensuit la musique inivrante du duo bohémien : Ilhaam Project, avec leur musique tripante, la voix pénétrante de Nina et la musicalité méticuleuse d’Omri qui allie son acoustique aux effets électroniques hypnotisants.

Pour les plus « fêtards », ils avaient rendez-vous au Grand Comptoir pour le show de La Bronze, qui a connu recemment un grand succès grâce à sa reprise en arabe de Formidable. Puis avec le DJ Mood Du Mahmoud qui a fait danser le public présent jusqu’aux aurores.

Visa For music continuera aujourd’hui avec un menu haut en couleurs, et on espère avoir plus de monde lors de ces concerts, contrairement aux concerts du jeudi.

 

Attachez vos ceintures : L’Boulvard est de retour !

Fans de musique underground, amoureux de culture, le rendez-vous Casablancais des passionnés d’art est de retour.  L’Boulevard est en effet prévu du 11 au 20 Septembre, et les scènes des anciens abattoirs et du Stade du C.O.C se verront colonisées par une ribambelle d’artistes nationaux et internationaux bourrés de talent. Attention, parce que ça va être bouillant !

Le programme commencera le Vendredi 11 Septembre sur des sons Hip Hop avec, de 15h30 à 22h30, sur la grande scène, un open mic, une compétition de Hip Hop entre 8 groupes,  ainsi que des concerts de plusieurs groupes tels KAF LINE, qui viennent directement de Salé, le rappeur FIDA2I SALGHOST, ou, encore, NESS YOU.

La deuxième journée sera réservée au Rock/Metal avec BETWEENATNA, groupe formé par Abdessamad Bourhim,  stage manager et directeur artistique de Hoba Hoba Spirit ainsi qu’Oubiz, ex-vocaliste de Hoba Hoba Spirit et Darga. Ils seront suivis par le musicien américain Jon Finn, prodige de la guitare, ainsi que par le néerlandais Charl Delamarre, directement en provenance de Rotterdam.

La troisième journée sera une journée spéciale Fusion avec le groupe hollandais de Raggae Leeways, suivi du groupe Jordanien d’Arabic Rock JadaL, qui s’était déjà produit l’année dernière au Boultek, suivis enfin par Dada Dice & 40 Degrees et Dj Barney Millah.

Le 14, 15 et 16 Septembre seront consacrées à la formation des groupes vainqueurs du Tremplin au Boultek.

Du Jeudi 17 Septembre au Dimanche 20 Septembre auront lieu les concerts au Stade du C.OC. Parmi les groupes présents, de grands noms de la musique underground nous feront apprécier leur art. Ainsi, la scène du C.O.C sera monopolisée par le rappeur français d’origine congolaise Youssoupha, le fameux rappeur R’bati Mobydick, le groupe d’Electro Fusion N3rdistan, qui a, par ailleurs, été très présent sur la scène musicale marocaine ces derniers mois,  ainsi que Darga, Hoba Hoba Spirit et Nabyla Maan & Carmen Paris que nous n’avons plus besoin de présenter.

Cette célébration de la musique sera accompagnée par une toute autre célébration de l’art avec Sbagha Bagha, S’toon Zoo, le Cirque ainsi que le Souk.

Pour plus d’informations sur le programme, veuillez visiter la page Facebook de l’EAC-L’Boulvart.

11999057_10153180929372476_6256857831459450004_n

Vinyle TV : Interview avec Barathon Lane

C’est avec immense plaisir que nous vous présentions notre toute première interview dans le cadre du concept « VinyleTV ».
Dans cette optique, nous vous programmerons de délicieux rendez-vous artistiques, avec des talents en herbe, comme avec des chanteurs/groupes de renom.

Ce soir nous ouvrons le bal avec Barathon Lane, groupe casablancais, auteur de belles chansons emmitouflées dans différents genres de Rock, un mélange à la fois doux et bourru, telle une main de fer dans un gant de velours !

Voici l’interview de VinyleMag avec Barathon Lane, la première de la VinyleTV, réalisée par Asmae ZIATI.

Mashrou’ Leila se produiront à Rabat.

Comme on vous a annoncé, le groupe libanais Mashrou’ Leila sera présent à Rabat, novembre prochain. C’est ce qu’ a annoncé la page officiel de Visa For Music.

Le concert tant attendu par les nombreux fans du groupe au Maroc sera l’un des Showcases de Visa For Music, le salon qui réunira les professionnels de la musique d’Afrique et du Moyen-Orient. Un rendez-vous incontournable pour tous les spécialistes de la musique pour des rencontres professionnels, et un moyen pour les artistes d’avoir une visibilité mondiale et confirmer le dynamisme culturel de la région.

Les Showcases de la manifestation seront l’événement qui réunira artistes, professionnels et public durant 4 jours. Du 12 au 15 Novembre, les salles  du théâtre Mohamed V,  la Salle Renaissance et la salle Bahnini accueilleront de nombreux artistes sélectionnés. Plus de 600 candidatures ont été reçues, mais le Jury n’en a sélectionné que quelques unes d’Afrique et du monde entier dont Mashrou’Leila du Liban , Majid Bekkas du Maroc et Abaviku de l’Afrique du Sud.

visa-for-music

Festival Mawazine : Conférence de presse de Robert Plant.

Le légendaire chanteur, Robert Plant, se produira ce soir, sur la scène OLM Souissi.La veille, il a animé une conférence de presse où il a répondu aux questions des journalistes.Vinylemag y était.

La conférence tant attendue de l’une des stars de la 13ème édition du festival Mawazine était le moment idéal pour plusieurs journalistes de poser des questions concernant Robert Plant, mais aussi Led Zeppelin, le groupe avec lequel il s’est hissé au sommet du monde du Rock.Mais il semblait que Plant n’en pouvait plus des questions à propos d’une éventuelle réunion du légendaire Led Zeppelin, et les organisateurs ont même annoncé aux journalistes que le chanteur britannique ne tolérerait pas plus de 2 questions sur ce sujet.

Plant semblait de très bonne humeur, et entama la conférence en saluant les journalistes en darija.Il a exprimé sa joie de se produire au Maroc, un pays qu’il adore et d’où il s’inspire depuis sa première visite en 1972.Avec les sons de son petit magnétophone , il a créé une ambiance joyeuse et décontractée.Une ambiance qui a soudainement changé avec une question d’un journaliste demandant l’avis de Plant sur les derniers propos de Jimmy Page concernant les rumeurs d’une futur réunion du groupe, et le fait que Robert « jouait » avec ça.La réponse du chanteur était assez dure et directe : » je pense qu’il a besoin de dormir, de bien se reposer, et de bien réfléchir ». Il a ajouté qu’ils étaient des frères et qu’ils ont passé de très bons moments, mais des fois ils ne se parlent  plus.

A propos de ces nouveaux projets et son prochain album, Plant a affirmé que la musique qu’il produit actuellement est un mélange des différents voyages qu’il a fait durant sa vie, inspirée par les lieux et aussi les magnifiques personnes qu’il a rencontré(it’s not about flous, it’s all about music). Il a salué les musiciens qui l’accompagne en les décrivant d’artistes qui ressentent la musique et touchent la finesse des mélodies.Des artistes, selon lui, qui ont une grande connaissance des musiques du monde.Notamment Justin Adams, le guitariste de son groupe The Sensational Space Shifters, qui a déjà produit 2 des albums de Tinariween ( et il a aussi collaboré avec Hoba Hoba Spirit sur leur album Nefs & Niya).

Evidemment, Plant a évoqué ces différents souvenirs au Maroc.En parlant de son premier voyage durant les années 70 pour fuir la vie de célébrité qu’il vivait avec Led Zeppelin, ou pour puisé dans la spiritualité de notre pays.A travers ces différentes visites, il a connu la musique locale, notamment Gnawa et la musique amazigh en évoquant le groupe amazigh Oudadene.Il a aussi parlé de son amour aux instruments marocains tels le Guembri qu’il a découvert particulierement à la place Jamaa Lfena.Plant a aussi ajouté qu’il n’était pas très connu au Maroc durant les années de gloire dans les années 70, les gens commencent à le connaître beaucoup plus, mais pas toujours avec les informations exactes : « Ah regarde,c’est celui des Pink Floyd ! ».L’amour de Robert Plant à notre pays était très ressenti aussi bien par sa grande connaissance de la musique marocaine mais aussi par les phrases en darija qui balançaient dans ces propos( Aji, Salam, skot,daba,…) , il est tellement imprénié par la culture marocain qu’il a annoncé qu’il était un « chrif » en parlant de sa musique.

 Sur notre question sur une éventuelle collaboration avec des artistes marocains, Plant  a répondu que c’était une idée dont il ne pense pas vraiment à ce moment, que ça pourrait être intéressante et il aimerait bien le faire.Mais qu’il n’aimait pas beaucoup le fait de prendre des chansons et de leur sortir de leurs contextes, il veut juste créer de la musique qu’il ressent.Même si ce choix n’est pas compris par plusieurs de ces fans et que d’autres ne comprennent pas vraiment ce qu’il fait et le traitent de « 7ma9 ».

Robert Plant est certes une légende de la musique, mais il reste un homme très ordinaire qui a un très bon sens d’humour.En lui demandant un autographe, Plant répondait avec un « khmstach  Dirhames ! », et il nous a annoncé que son prochain voyage au Maroc serait à Tiznit.