Archives pour l'étiquette Music

1967 : l’éclosion du psychédélisme

Nous sommes au milieu des années 1960, le monde connait une vraie révolution culturelle suscitée par une envie de liberté d’une génération de jeunes qui n’ont pas connu l’horreur de la guerre mais qui a grandit au milieu d’une société de crainte, de conformisme excessif et de scandales qui ont coupé les liens entre la jeunesse et le système.

Les mouvements de jeunes du milieu des années 60 scandaient la paix, l’amour et la lutte pour droits civiques. Ils exprimaient leurs revendications de diverses façons, de la peinture, du cinéma mais la musique était le moyen le plus fort et retentissant. 

Au même moment, la jeunesse de l’époque a commencé à s’essayer de plus en plus aux drogues de tous genres, du cannabis au LSD, et cette collision entre ces deux mondes a engendré un style musical difficilement définissable, mais facilement distinguable par son atmosphère hallucinante, son expérimentation qui a poussé les artistes à incorporer des sonorités « exotiques » ou des instruments électroniques, et aussi des paroles mystérieuses et hors du commun.

La musique psychédélique existait bien avant 1967, mais durant cette année, le monde de la musique connaîtra une éclosion créative faramineuse  qui le marquera à jamais. Le début était avec le concept album des Beatles Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Bandconsidéré par plusieurs critiques comme l’album le plus abouti du groupe et le premier album psychédélique. Un album qui a rapidement influencé toute la génération de musiciens qui va nous offrir une année musicale mémorable avec des albums qui ont laissé une trace éternelle dans la mémoire musicale. 

1967 a été marqué par les premiers albums de légendes de la musique tels que The Doors et Jimi Hendrix, la sortie de chefs d’oeuvre des Pink Floyd, The Rolling Stones, Cream ou Jefferson Airplane. 50 ans après, ces albums nous font rêver, nous intriguent par leur qualité et nous oreilles exaltent aux mélodies des chansons qui se font éternelles.

Bonne écoute ! 

La reformation de Guns’n’Roses, c’est fait!

Non, ce n’est pas un poisson d’Avril, Axl Rose a vraiment partagé la scène avec Slash, pour le premier concert de la formation classique des Guns’N’Roses (sans le batteur originel Steven Adler). Une première depuis 23 ans !

Le groupe a choisi un endroit exceptionnel pour cet événement inédit. Il s’agit du Troubadour, un club de Hollywood où le groupe a fait ses premiers pas vers la célébrité et ces plus de 100 millions albums vendus. Ce qui est encore plus exceptionnel, est le prix vintage du billet, $10 pour assister au concert très intimiste du groupe avec 400 autres personnes seulement. Alors que des millions de fans sont toujours à leur soif pour voir le résultat de cette réformation du groupe le plus dangereux au monde.

Sauf que ces billets ont été distribué principalement à des stars qui ont eu le privilège d’assister à ce concert surprise. Des noms comme Jim Carrey et Lenny Kravitz ont été présent pour ce concert « historique ».

Pour les plus normales d’entre nous, ils pourront assister aux concerts du groupe lors de leur tournée mondiale qui commence par l’Amérique du Nord où plusieurs dates ont été confirmé. Une tournée où la nouvelle génération verra enfin Axl, Slash et McKagan partager la scène pour nous produire des prestations de folies -du moins, on l’espère-.

Vous ne nous croyez toujours pas ? Voici la preuve !

N3rdistan In Meknes: A Concert To Be Remembered

It all started when a friend of mine sent me a picture of the concert’s poster. I was already bummed for not being able to go to L’Boulevard, specially that I really wanted to see the likes of JadaL and Betweenatna. As soon as I saw who’s coming to play, I had a rush of excitement just like a kid in a candy store. Not surprisingly, people came from all over Meknes to be there. The French Institution’s Theater barely held the number of fans who came to see the band. And let me tell you, they had a reason for flooding it. The concert was pure awesome. Even people who didn’t know who they were listening to  finished the concert screaming: N3RDISTAN, N3RDISTAN, N3RDISTAN…

The band started with a Nizar Qabbani inspired track, it was almost like Walead was reciting poetry in the most artistic manner you could possibly imagine, when everyone thought that was it, the beat started and the crowd went wild when a more rap-y version of the poem  emerged from the band’s amplifiers.
The next two tracks were also from what I’d call ‘The Gods of Arabic Poetry’, Ahmed Matar and Gibran Khalil Gibran. When I asked the band about the reason why they chose to take their lyrics from such great poets, they responded by: These poets are the same ones who gave our forefathers the strength to  change their communities. These pieces of poetry are still relevant today, for example, Irhalo by Ahmed Matar or  Hawaamish ‘Ala Daftar An-Naksa by Nizar Qabbani are basically the unofficial anthems of the Arab Spring. It really comes natural to us to take inspiration from them.

Taken by: Mohammed Mehyaoui

Next thing on their playlist for us was The Whistling Voice of A Nightingale by Al-Asma’i. The witty lyrics and the combination of Walead and Houda, AKA T Queen, rapping their way through one of the most twisted pieces of Arabic poetry ever written, accompanied by a sick drummer is way beyond anything I’ve seen in awhile. It kinda reminded me of their weird name, N3rdistan.  When I asked Walead where did the name really come from, he took it very humorously and stated: Well, i was walking one day, at about 6:45 (Sebâa L’lareb was his actual description) and I saw an N and an S, somehow along the way, that turned into N3rdistan, and here we are today, playing in Meknes.

After a couple more tracks, the band hit us with what Walead calls ‘Eletro 9bi7‘.  It was an over-compressed mixture of Drum&Bass and Rock, plus some sampled voice covers called Occupy. When questioned about how they categorize themselves in terms of genre, the band haven’t really much to say: We call it N3edistan Haha. We don’t really follow certain parameters or a certain genre. If we liked a beat or a combination of strings, we’ll go along with it. I, myself, had some past experience with Rap, Metal and Electro, other members like African Music, Reggae, Drum&Bass and so on. We really just try to merge everything together and come up with something that we like.

Taken by: Mohammed Mehyaoui

After that ‘Eletro L9bi7‘, things settled down a bit with a clearly political track that was, and I quote: A message to every political institution out there. The track Mirage Policy (Siyassat Sarab) is a full-on rage attack on every political figure I could think of. Talking to the band, they said jokingly : Well, the only place that isn’t really concerned about this track is N3rdistan itself Hahah. but seriously, it’s a message to every political institution out there, in and outside of Morocco. We do not support any political figure or entity, as by definition, they stand by everything we fight against.

Taken by: Mohammed Mehyaoui

At The end of the concert, the crowd went all crazy and begged for a another track. ‘Encore, encore, encore…’ everyone screamed. the band complied and they sang The Whistling Voice of A Nightingale again. The track didn’t loose its charm one bit.
When Walead was introducing the band members, the multi instrumentalist  took the mic and told us that it’s Walead’s birthday. To his surprise, no one got out of the theater till they sang happy birthday, his reaction was PRICELESS to say the least.

I did catch up with the band after the show, like I’ve mentioned before, and they happily answered everything I had to ask. Besides from the answers above, we had this mini conversation.

OM: How was the concert? did you like the crowd?
N3rdistan: It was one of the most energetic gigs we had in awhile, the crowd was insane and responsive and that’s the way we like it.

OM: Are you planning on coming back anytime soon?
N3rdistan: We hope so, we liked the crowd and the whole thing was just a bless.

OM: let’s talk about you guys for a bit, when did the band, in it’s current form, start?
N3rdistan: In 2014, we just got together and started making music. (Houda’s speaking now) I just saw a lighted room with good music coming out of it and came in Haha.  I got in after the idea was already formed by Walead and here we are.

OM: Speaking of making music, what’s the typical studio day for N3rdistan?
N3rdistan: We just hang out there, brainstorming till something comes up.

OM: Do you guys have any albums or tracks coming out soon?
N3rdistan: Yeah, We have a 4 tracks  EP coming out in October, and an album coming out in 2016.

Taken by: Mohammed Mehyaoui

Undoubtedly, The concert was one of the best I’ve been to and the band is just amazing and down to earth. Hopefully we’ll see them soon at Visa For Music.

Indie Music: The Blurred Lines Genre.

Most of us music lovers have listened to Indie music and haven’t even realized it. The genre is so broad and its lines are so blurry that we can put The Beatles and Iron & Wine under the same roof. (I know, that’s almost unacceptable, for BOTH parties.) By its own definition, the genre is basically unboundable. There is just no way one can know for sure what to look for when it comes to this relatively new genre. Continue reading “Indie Music: The Blurred Lines Genre.” »

il y a 25 ans, Stevie Ray Vaughan nous a quitté

Le 27 Août 1990 : Le monde de la musique est abasourdi suite à  l’annonce de la mort tragique d’un des meilleurs guitaristes de l’histoire, le texan Stevie Ray Vaughan.

Stevie Ray Vaughan nous quitte à l’âge de 35 ans seulement, alors qu’il était au sommet de son art, 7 ans seulement après la sortie de son premier album solo Texas Flood. Mais en ces 7 ans, le natif de Dallas a marqué les mélomanes du monde entier, a ébloui les guitaristes du Blues-Rock, et a laissé sa trace ancrée à jamais en tant que légende de la guitare.

Cette playlist, rappelle la virtuosité de Stevie, un talent incomparable qui a épaté des légendes de la guitare; Eric Clapton avait un jour déclaré « j’ai regardé son set pendant à-peu-près une demi-heure et j’ai dû m’en aller parce que je ne pouvais pas affronter ça. J’allais jouer après ce gars-là, et simplement je ne pouvais pas affronter ça. », décrivant le dernier concert de Stevie Ray Vaughan.

Le texan, connu pour son look de cow-boy avec des bottes et un chapeau, pouvait jouer toutes les formes du Blues; Personne ne pouvait rivaliser avec sa vitesse sur Rude Mood et  Scuttle Buttin’, il maîtrisait le Blues sur la guitare acoustique et avait un style inimitable reconnaissable sur les classiques Texas Flood, Pride and Joy.
Il est à ce jour, le meilleur guitariste ayant repris les chansons de Jimi Hendrix, avec des versions peaufinées de Vodoo Child et surtout Little Wing.

Je vous propose 15 chansons qui relatent le mieux, à mon avis, le talent, la passion, et le génie du maître du Blues contemporain. Eargasme garanti !


Playlist : Oriental covers

La musique occidentale s’est beaucoup imprégnée des sonorités orientales pour enrichir ses mélodies. Dans un autre sens, beaucoup d’artistes du moyen-Orient s’inspirent de la musique occidentale, et des fois ce mélange peut donner naissance à des bijoux sonores.

Sur cette playlist, je vous propose une sélection de reprises orientales de titres très connus. Des adaptations où le luth accompagne la guitare et où les tambours remplacent la batterie. Vous trouverez des tubes de Rock, Blues, Punk et Pop chantés en arabe ou anglais avec une touche purement orientale, par des artistes originaires de l’Iran au Maghreb.

Rachid Taha – Rock The Casbah

Par son esprit, sa façon de chanter et son aptitude sur la scène, Rachid Taha est plus proche du Punk Rock qu’autre chose. Il se définit lui même comme étant un rockeur. Sur son album Tékitoi, le chanteur algérien rend hommage à ces idoles, The Clash, avec une reprise majestueuse du classique Rock The Casbah, en arabe et avec des instruments orientaux. Sur cette vidéo, Rachid Taha est accompagné par Mick Jones, le guitariste des Clash qui a énormément apprécié cette version unique. Joe Strummer serait du même avis s’il était vivant.

Orchestre National de Barbès – Sympathy for the devil

Un des précurseurs de la fusion maghrébine, l’orchestre national de Barbès nous offre une version envoûtante de Sympathy for The Devil des Rolling Stones. Peu d’artistes ont eu le privilège d’avoir le droit de reprendre une chanson des Stones, l’ONB a pu l’acquérir et produire une version Rai-Rock énergétique et exotique.

Hayajan – Comfortably Numb

le groupe Hayajan et son leader Alaa Wardi (oui, le lien avec Pink floyd est assez naturel) nous offre une version hallucinante du chef d’oeuvre Comfortably numb. Avec la voix enivrante de Alaa et la maîtrise musicale des membres du groupe, cette version nous transporte au monde psychédélique des Pink Floyd sur des vagues de poésie arabe.

Shefita and Sebbaba – Karma Police

Une reprise originale du morceau de Radiohead, interprétée par le duo israélien Shefita and Sebbaba qui ont complètement métamorphosé la chanson. Le résultat est plutôt impressionnant et charmant.

Farhad Besharati – Hotel California

L’artiste iranien Farhad Besharati a donné un autre aspect au titre des Eagles en le jouant sur le Kanun, un instrument purement oriental qui a ajouté de la magie à un morceau qu’on croyait parfait. 

Natacha Atlas – I put a spell on you

Avec ses reprises, Natacha Atlas a réussi à rapprocher l’occident de l’orient par le biais de la musique. Sa version du classique du Rythm & Blues « I put a spell on you » est l’exemple du savoir faire de cette artiste d’origine anglo-égyptienne. On a droit à une belle chanson du Percusion & Blues.

Mahmut Abi & Sevda – Yesterday

Après le Maghreb, l’Iran et l’Arabie, on découvre une reprise qui nous vient de la Turquie du célèbre morceau des Beatles Yesterday.

Ahmed Alshaiba – Smooth Criminal

Vous connaissez sans doute la reprise Rock d‘Alien and farm de Smooth Criminal, aujourd’hui vous découvrirez la version arabe du classique de Michael Jackson. Le luth et la percussion orientale insuffle un goût différent à la chanson qu’on savoure d’une autre façon.

MC Rai – Everybody Hurts

J’ai beaucoup écouté ce morceau de R.E.M. et je n’avais jamais pensé qu’on pourrait le reprendre de cette façon, une surprise agréable, à l’image de toutes les reprises de cette playlist.

Robert Plant and the Sensational Space Shifters – Black Dog

Robert Plant reprend son propre morceau d’une façon totalement différente. Au début j’ai pensé à mettre la version orientale de Kashmir, mais cette version de Black Dog est plus surprenante avec un rythme purement marocain.