Archives pour l'étiquette Progressive

Escapades musicales #1 : 70’s Anatolian Rock

Pour nos escapades musicales, nous vous proposons de sortir des sentiers « classiques » et de découvrir les productions musicales de tout part du monde. Nous nous éloignerons des grandes productions et des tubes internationales pour nous livrer à des voyages qui vous ferons revivre des époques musicales et vous faire voyager dans des contrées éloignées.

Pour cette première édition, nous mettons le cap vers la Turquie des années 70. Un pays en pleine ébullition sociale, culturelle et politique. Les jeunes de l’époque ont trouvé refuge dans un mélange de Rock venu de l’occident et des rythmes anatoliens , entre la groove de la basse et la sensibilité du saz. Le Rock turque était en général une musique engagé qui exprime les revendications des jeunes à travers des figures, qui sont maintenant légendaires, tels que Barış Manço, Cem Karaca et Selda Bağcan Le style musical produit à partir des années 60 était d’abord influencé par le Garage Rock et Twist, mais les artistes turques ont petit à petit créé différents styles qu’on peut regroupé dans le genre générique d’Anatolian Rock – Le Rock de l’Anatolie- bien que les productions des années 70 et 80 sont très diversifiées et vont du Folk, Rock Psychédélique ou même du Rock progressif.

Le Rock Anatolien a été poussé à l’oublie à partir de la fin des années 80, mais dernièrement, des initiatives ont fait revivre cette musique et la faire découvrir au plus jeunes. J’ai été personnellement introduit à ce genre à travers le formidable groupe turco-néérlandais Altın Gün, qui depuis 2017 reprend des classiques de cette époque et les fait jouer de façon plus moderne à un public de plus en plus grand. Une formule qui marche, puisque le groupe est parmi les groupes émergents de la scène mondiale de ces 2 dernières années en jouant des concerts à guichets fermés partout dans le monde -d’ailleurs, c’est la seule exception de la playlist-. Ainsi que la chaîne Youtube Anatolian Rock Revival Project qui déniche des pépites du Rock Anatolien et la partage en y ajoutant un côté visuel artistique qui donne à nouveau souffle à cette musique tellement chaleureuse et créative.

Je vous laisse découvrir par vous même la richesse du Rock Anatolien à travers une playlist de 15 chansons où j’ai essayé de synthétiser au mieux les différents courants musicaux de l’époque et de partager avec vous des pépites qui s’ajouteront sûrement à vous playlists qui manquent probablement de fraîcheurs.

Bonne écoute !

Plini: The Prog Prodigy

Plini, 22 years old, Sydney, Australia.
This is all the information that this modern-day Buckethead lets out to the public about himself. This, and the wondrous collection of chefs-d’oeuvre that he creates, which are mostly recorded and mixed in his bedroom, each written in very few days. A one of a kind one-man band.
One of the few underground geniuses -although he’s relatively new to the scene- who still have a rock-solid fanbase that never hesitates to support him and thank him as if he saved their monotonic life and brought something special into it.

His unparalleled play style, sometimes influenced by progressive metal idols « Dream Theater » -playing fragments of a song in another song from another album is so DT-, and the organized messiness in his songs is very Zappa-like.
The ability to create the jolliest progressive melodies that bring about so much happiness to the listener is definitely one of the most peculiar assets of Plini.

In his music you can feel a simple-complex duality; Simple and basic techniques used to play the songs, accompained with complex melodies, time signatures, and tempos, to make perfectly homogeneous sounds.
Plini‘s music is the ultimate proof that you don’t need to shred through the whole song just to make a point. (A musical point, that is)

Plinio Designori was the antagonist in German author Herman Hesse‘s novel « The Glass Bead Game », which Plini‘s mother used to read. Being a character from an outside world, it swayed Plini to choose it for a name to keep his anonymity, for some reason.

So if you’re having a rough day, or are in need of inspiration, let me (with the help of Plini himself) take you to a better place.

1- Heart

Here’s the best example of all that I’ve stated above. The simplicity of the riffs and the sudden switches in the song’s virtual mood overwhelm you. Clean guitar with drop C tuning, a magical staccato solo, the harmony between the instruments, and that recurrent metronome sound that plays from the beginning of the song to its end. All of these components sum up to make a masterpiece that I’m sure you’ll like.

2- Atlas

Plini‘s jazz influences come out high in this one. Chromatic scales and a little bit of carelessness in playing that still makes sense to the musical ear: Jazz.

3- Sweet Nothings (The E.P.)

The 2nd EP by Plini, which had more success than its predecessor « Other Things » -both were written in two days each-. The song « Opening » in a sort defines the general theme of the EP, it sets the mood, the time and the space for the rest of the songs. « Tarred & Feathered » is one of the most beautiful progressive ballads I’ve ever heard. The third song, « Away », has more attack in it, but it keeps the flavour of the previous songs within it. Plini, obviously a fan of american rapper Kendrick Lamar, remixed this song with the latter’s « Poetic Justice ». You can check it out here.

(Bonus) Moonflower

Moonflowers are very beautiful and fragrant. But sometimes the prettiest of flowers grow thorns and hurt you.

I hope you’ve enjoyed discovering and listening to Plini.