Archives pour l'étiquette The Beatles

1967 : l’éclosion du psychédélisme

Nous sommes au milieu des années 1960, le monde connait une vraie révolution culturelle suscitée par une envie de liberté d’une génération de jeunes qui n’ont pas connu l’horreur de la guerre mais qui a grandit au milieu d’une société de crainte, de conformisme excessif et de scandales qui ont coupé les liens entre la jeunesse et le système.

Les mouvements de jeunes du milieu des années 60 scandaient la paix, l’amour et la lutte pour droits civiques. Ils exprimaient leurs revendications de diverses façons, de la peinture, du cinéma mais la musique était le moyen le plus fort et retentissant. 

Au même moment, la jeunesse de l’époque a commencé à s’essayer de plus en plus aux drogues de tous genres, du cannabis au LSD, et cette collision entre ces deux mondes a engendré un style musical difficilement définissable, mais facilement distinguable par son atmosphère hallucinante, son expérimentation qui a poussé les artistes à incorporer des sonorités « exotiques » ou des instruments électroniques, et aussi des paroles mystérieuses et hors du commun.

La musique psychédélique existait bien avant 1967, mais durant cette année, le monde de la musique connaîtra une éclosion créative faramineuse  qui le marquera à jamais. Le début était avec le concept album des Beatles Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Bandconsidéré par plusieurs critiques comme l’album le plus abouti du groupe et le premier album psychédélique. Un album qui a rapidement influencé toute la génération de musiciens qui va nous offrir une année musicale mémorable avec des albums qui ont laissé une trace éternelle dans la mémoire musicale. 

1967 a été marqué par les premiers albums de légendes de la musique tels que The Doors et Jimi Hendrix, la sortie de chefs d’oeuvre des Pink Floyd, The Rolling Stones, Cream ou Jefferson Airplane. 50 ans après, ces albums nous font rêver, nous intriguent par leur qualité et nous oreilles exaltent aux mélodies des chansons qui se font éternelles.

Bonne écoute ! 

Summer Vibes #2

En ces nuits estivales où le ciel clair laisse les étoiles exprimer leur magnifique rayonnement, une bonne playlist acoustique est toujours la bienvenue.

Pour cette raison, j’ai pris le soin de concocter une sélection de chansons acoustiques de Rock classique, avec une panoplie de légendes qui gâteront vos oreilles. Bob Dylan, Joni Mitchell, The Beatles, The Rolling Stones, Led Zeppelin,… sont tous des noms qui rythmeront votre soirée.

Bonne écoute !

Playlist : Immersion spatiale

Après une longue semaine de travail, la plupart de nous cherche un moment de confort loin du tracas. Il y a ceux qui préfèrent un dépaysement total, et d’autres qui restent à la maison pour se reposer et se créer un monde propre à eux. VinyleMAG vous offre une combinaison parfaite de ces deux choix avec une playlist qui vous lancera dans un voyage intersidéral multidimensionnel vers l’espace tout en restant sur son canapé.

Pour bien commencer le voyage, il faudrait se mettre devant son ordinateur, mettre un casque -si possible- et lancer la playlist en plein écran.

Notre voyage commence à la station spatiale #5 avec un son sonnant les prémices du Hard Rock. Une musique poignante qui lancera la célèbre Space oddity de David Bowie, une chanson qui marquera la coupure du lien avec la Terre pour se lancer définitivement dans notre immersion à travers l’univers. Un voyage qui nous prendra à Planet Caravan -la vidéo mérite une concentration totale avec le son-, ensuite nous plongeant encore plus loin dans l’univers au point de perdre toute notion d’espace et temps avec Space Cadet et la sublime vidéo hypnotique qui l’accompagne. Imaginez-vous au milieu de nulle part avec votre petite navette spatiale découvrant les planètes et les étoiles avec Interstellar Overdrive. Après une rivée au côté de Neptune et ces lunes, lancez-vous à la découverte de ce soleil froid oublié au milieu de l’espace que personne ne l’a découvert avant vous. Vous avez atteint un niveau tellement inconnu que vous vous trouvez devant une étoile errante de Portished, et votre immersion est tellement profonde que vous vous rendez compte que l’espace n’est qu’un bruit. 6 minutes après vous faîtes même la découverte d’extraterrestre. Pour finir votre voyage-qui peut être irréversible- en beauté avec la magie de Hans Zimmer.

Bonne écoute !

PS : Cette playlist doit être consommée toute seule, toute interférence avec d’autres substances pourra causer la perte de mémoire (entre autres).


 

Playlist : Oriental covers

La musique occidentale s’est beaucoup imprégnée des sonorités orientales pour enrichir ses mélodies. Dans un autre sens, beaucoup d’artistes du moyen-Orient s’inspirent de la musique occidentale, et des fois ce mélange peut donner naissance à des bijoux sonores.

Sur cette playlist, je vous propose une sélection de reprises orientales de titres très connus. Des adaptations où le luth accompagne la guitare et où les tambours remplacent la batterie. Vous trouverez des tubes de Rock, Blues, Punk et Pop chantés en arabe ou anglais avec une touche purement orientale, par des artistes originaires de l’Iran au Maghreb.

Rachid Taha – Rock The Casbah

Par son esprit, sa façon de chanter et son aptitude sur la scène, Rachid Taha est plus proche du Punk Rock qu’autre chose. Il se définit lui même comme étant un rockeur. Sur son album Tékitoi, le chanteur algérien rend hommage à ces idoles, The Clash, avec une reprise majestueuse du classique Rock The Casbah, en arabe et avec des instruments orientaux. Sur cette vidéo, Rachid Taha est accompagné par Mick Jones, le guitariste des Clash qui a énormément apprécié cette version unique. Joe Strummer serait du même avis s’il était vivant.

Orchestre National de Barbès – Sympathy for the devil

Un des précurseurs de la fusion maghrébine, l’orchestre national de Barbès nous offre une version envoûtante de Sympathy for The Devil des Rolling Stones. Peu d’artistes ont eu le privilège d’avoir le droit de reprendre une chanson des Stones, l’ONB a pu l’acquérir et produire une version Rai-Rock énergétique et exotique.

Hayajan – Comfortably Numb

le groupe Hayajan et son leader Alaa Wardi (oui, le lien avec Pink floyd est assez naturel) nous offre une version hallucinante du chef d’oeuvre Comfortably numb. Avec la voix enivrante de Alaa et la maîtrise musicale des membres du groupe, cette version nous transporte au monde psychédélique des Pink Floyd sur des vagues de poésie arabe.

Shefita and Sebbaba – Karma Police

Une reprise originale du morceau de Radiohead, interprétée par le duo israélien Shefita and Sebbaba qui ont complètement métamorphosé la chanson. Le résultat est plutôt impressionnant et charmant.

Farhad Besharati – Hotel California

L’artiste iranien Farhad Besharati a donné un autre aspect au titre des Eagles en le jouant sur le Kanun, un instrument purement oriental qui a ajouté de la magie à un morceau qu’on croyait parfait. 

Natacha Atlas – I put a spell on you

Avec ses reprises, Natacha Atlas a réussi à rapprocher l’occident de l’orient par le biais de la musique. Sa version du classique du Rythm & Blues « I put a spell on you » est l’exemple du savoir faire de cette artiste d’origine anglo-égyptienne. On a droit à une belle chanson du Percusion & Blues.

Mahmut Abi & Sevda – Yesterday

Après le Maghreb, l’Iran et l’Arabie, on découvre une reprise qui nous vient de la Turquie du célèbre morceau des Beatles Yesterday.

Ahmed Alshaiba – Smooth Criminal

Vous connaissez sans doute la reprise Rock d‘Alien and farm de Smooth Criminal, aujourd’hui vous découvrirez la version arabe du classique de Michael Jackson. Le luth et la percussion orientale insuffle un goût différent à la chanson qu’on savoure d’une autre façon.

MC Rai – Everybody Hurts

J’ai beaucoup écouté ce morceau de R.E.M. et je n’avais jamais pensé qu’on pourrait le reprendre de cette façon, une surprise agréable, à l’image de toutes les reprises de cette playlist.

Robert Plant and the Sensational Space Shifters – Black Dog

Robert Plant reprend son propre morceau d’une façon totalement différente. Au début j’ai pensé à mettre la version orientale de Kashmir, mais cette version de Black Dog est plus surprenante avec un rythme purement marocain.

Top 10 : Chansons plagiées.

L’actualité musicale de ce mois a été marquée par la condamnation de Khaled pour plagiat sur son tube Didi qui a propulsé la carrière du roi du Rai. Sur cet article je vais vous présenter 10 chansons que vous connaissez certainement et qui sont plagiées (ou juste très similaires). La liste contient quelques-uns des plus grands groupes de l’histoire de la musique, donc attendez-vous à être choqués/déçus.

#10 Radiohead – Creep / Albert Hammond –  The Air That I Breathe

Quand on est débutant en musique, on essaie d’apprendre des anciens groupes, et des fois on s’en imprègne tellement qu’on produit un son très similaire aux chansons qu’on a écoutées ; c’est effectivement ce qui est arrivé à Radiohead. Si vous écoutez attentivement The Air That I breathe d’Albert Hammond (ou la version des Hollies) vous allez remarquer que les couplets sont des mêmes rythme et accords que le premier grand succès de Radiohead, qui ont dû partager les droits d’auteurs avec Albert Hammond même s’ils prétendent que cette « similarité » n’est qu’un pur hasard.

#9 Oasis – Shakermaker / The new seekers – I’d Like to teach the world to sing.

Bien que j’adore Oasis, je me dois et vous dois d’avouer que sur Shakermaker, Noel Gallagher a fait simplement un « copier-coller » de la mélodie de I’d like to teach the world to sing pour produire le deuxième single du groupe. Une faute de débutant peut être mais qui  a décrédibilisé l’un des meilleurs songwriters des 20 dernières années.
Les Oasis ont été contraints de verser une somme d’argent aux auteurs de « la version originale » (oui Shakermaker n’en est qu’une reprise moderne) et de les mentionner sur la pochette de l’album.

#8 The Chemical Brothers-Galvanize /Najat Aatabou- Hadi kdba bayna

Najat Aatabou n’inspire pas que Robert Plant. Lors du dernier match de Manchester City contre Fc Barcelone, le public marocain a été surpris d’entendre une chanson de Najat Aatabou à l’Etihad Stadium. Au fait ce qu’ils ont écouté était Galvanize de The Chemical Brothers qui ont copié religieusement le son de la chanson de la chanteuse marocaine pour bâtir autour leur hit. Ils ont dû payer une somme considérable à notre chanteuse marocaine (il le fallait).
C’est bel et bien le plus grand cas de plagiat d’une chanson marocaine à l’étranger (imaginez-vous en train de jouer à Need for speed sur la version de Najat Aatabou).

#7 Pink Floyd – Breathe / Piero Umiliani – Lady Magnolia

Aussi malheureux et sidérant que cela puisse paraitre, Pink Floyd figure sur cette liste ! Vous n’avez qu’à écouter le morceau de Piero Umiliani et vous en aurez la confirmation; vous allez immédiatement penser à Breath. La ligne de basse et la mélodie est presque la même. Vous pourrez chanter Breath sur Lady Magnolia. Mais on ne sait toujours pas si c’est un pur hasard (oui comme ce qu’allèguent tous les artistes sur cette liste) ou si Waters a copié deliberemment la chanson, ou encore s’ils se sont arranger pour résoudre ce dossier en amiable sans tracas médiatique.

#6 The Beatles – Come together / Chuck Berry – You can’t catch me

Peut-on être aussi prolifique et avoir tant de succès sans rien copier ? Difficile, voire impossible. Le plus grand groupe britannique des années 60 a modifié You can’t catch me de Chuck Berry pour « créer » Come together. Paul McCartney avoue s’être inspiré de cette chanson (ou « inspirer ») et qu’il a augmenté la puissance de la ligne de basse pour la rendre « meilleure ».
Pendant qu’on y est, il existe a un autre plagiat -tellement immonde que le terme plagiat parait anodin – d’une  autre chanson de Chuck berry. Il s’agit de Surf In Usa des Beach Boys.

#5 Pearl Jam – Given to fly / Led Zeppelin – going to California

Eddie Vedder écoute beaucoup du Led Zeppelin, ça c’est sûr, au point de composer une chanson similaire à Going to California. Une version électrique je dirai. Il pouvait simplement faire une reprise de leur façon comme Eddie sait bien le faire. Pour les fans de Led Zeppelin, ne vous indignez surtout pas -SPOILER ALERT- ils sont aussi sur la liste !

#4  George Harrison – My sweet lord / The Chiffons – He’s so fine

My sweet lord est l’une des chansons que j’ai adorée dès la première écoute, jusqu’au jour où j’ai découvert que ce n’était qu’un plagiat de He’s So fine des chiffons.
Harrison aurait copié involontairement la chanson des Chiffons, tel était le verdict du tribunal. ll a eu également à verser une somme pour le groupe et l’affaire fut close.

#3 Led Zeppelin Whole Lotta love/ Muddy Waters, Willie dixon – You need love

Plusieurs chansons de Led zeppelin sont sujettes aux polémiques de plagiat, la dernière étant Stairway to heaven, au point que des critiques les considérent comme étant le plus grand groupe de reprises (ni plus ni moins). Led Zeppelin se sont empiffrés de Blues, ce qui les a mené à copier des paroles ou des mélodies. Robert Plant l’avoue d’ailleurs, mais insiste sur le fait que le riff de la chanson est authentique (mais il est un peu proche de l’original quand même, vous ne trouvez pas ?). De toute façon, cela ne récuse pas le talent des membres du groupes, leur génie musical (même en copiant).

#2 Joe Satrian – If I could Fly / Coldplay – Viva la vida

Et si Viva la vida été plagiée ? En tout cas sur le morceau du guitar hero américain vous pouvez écouter à partir de la seconde 50 la version guitare électrique de Viva la vida, sauf que cet instrumental a été produit avant la sortie du tube planétaire du groupe britannique. En 2008, le guitariste a accusé le groupe de l’avoir plagié, une affaire conclue par un accord conciliant (comme dans la plupart des cas sur cette liste).

#1 Nirvana Come as you are / The killing jokes – Eighties/ The Damned – Life goes on

Je suis désolé de continuer à vous choquer mais Come As you are serait aussi un morceau plagié. En effet, Nirvana aurait copié le riff de la chanson Eighties du groupe anglais The killing jokes, cité par Dave Grohl comme une grande influence pour lui et pour le groupe.
Quand Kurt Cobain a été interrogé à ce propos, il affirmait n’avoir « jamais » écouté le morceau en question. Pour rendre l’histoire plus intéressante, on y ajoute un autre riff, celui de Life Goes on de The Damned, une version new wave vintage de ce que vous écoutez sur les 2 chansons précédemment citées. Ce qui est encore curieux et surprenant, c’est qu’aucun des 2 groupes britanniques n’a intenté une action en justice. (La mort subite de Kurt Cobain en serait peut être la cause). Une histoire qui mérite la première place de notre Top 10.